[VALIDE] Bacchus (ancien irish)

Présentation de la Protectrice de la Terre et de ses Chevaliers.

Modérateurs : Maîtres de jeu, Oracles d'Athéna

Bacchus
Élève
Messages : 18
Inscription : mer. déc. 17, 2008 7:35 pm

[VALIDE] Bacchus (ancien irish)

Messagepar Bacchus » jeu. janv. 28, 2010 5:16 pm

L’important, ce n’est pas la mort . . . mais le chemin. C’était le secret, depuis la nuit des temps. Ainsi que l’exigeait la tradition, Bacchus devait entamer son voyage initiatique à travers a Grèce. Autour de lui, il observait tout ses « frères » réunis en cercle autour de lui arborant les plus riches ornements, scintillant pour l’essentiel autour de leur cour tels autant d’yeux dans la faible lumière qu’offrait la Lune. Nombre de ces hommes faisaient partie des puissants, mais pour lui, tout leurs titres éphémères ne signifiaient rien.

Ses « frères » l’accompagnaient au Temple. Cet espace formait un carré parfait et ressemblait à une grande caverne. Le plafond, supporté par des colonnes de granit vert, s’élevait à une hauteur impressionnante. Tout autour, des gradins accueillaient des sièges ; l’éclat discret de la lune laissant planer un pâle faisceau autour de lui.

Un homme s’adressa à lui en murmurant : « l’heure est venue, il est temps pour toi de prêter serment. Ton parcours commence ici ! ! Traverse la Grèce, emporte avec toi le strict nécessaire et apprend à vivre parmi les tiens, ton éducation en est finit parmi nous. Tu es un Fils protégé d’Athéna, on t’a recueilli pendant de nombreuses années mais nous ne pouvons te garder auprès de nous. Nous sommes en train de te priver de ce que tu pourrais être, de ce que tu deviendras, de ce que tu es sans doute déjà . . . Jures tu solennellement emprunter cette route tout en ne reniant au grand jamais ceux qui t’on élevé ? »

Bacchus d’une voix légère comme la neige qui tombe, pris la parole en prenant le calice se trouvant devant lui : « puisse ce vin que je bois maintenant se muer en poison mortel si jamais je trahis sciemment et volontairement le peuple qui m’a tant apporté. Puisse ce vin me guider à travers la Grève afin de retrouver ma cité originelle. »

A l’instar de tous les voyages de ce type, celui de Bacchus était fort différent. Depuis toujours, il subissait un entrainement draconien, tant aux armes qu’au combat au corps à corps. De multiples entrainements que le vénérable maître lui avait proscrits, les yeux bandés avec un ruban de velours se jouant de sa dague avec lui. Bacchus fut bâtit par le combat, celui-ci étant sa seule raison de vivre. De nombreux périples, tests et entrainements avant ce jour du départ avait eu lieu. Son peuple adoptif souhaitant le préserver des diverses atteintes du monde extérieur, il fut formé tel pourrait l’être un prince guerrier. Aucune erreur, aucune peur, aucune blessure ne devait paraitre tant sur son visage que sur son âme.

Le Chemin se dévoilait à présent devant lui. Une route tracé par ceux qui l’avaient recueilli, ceux qui l’avaient sauvés et qui maintenant lui offraient sciemment un but. S’armant de courage pour Franchir le premier pas de son voyage, il s’inclina une dernière fois, courbant son corps robuste devant ses « frères ». Dans un silence de mort qui régnait à travers la nuit, il sentait le regard des témoins posés sur lui, tous attendaient qu’il empreinte ce chemin à présent . . .

Cette nuit, sous cette lune pâle, une étincelle scintilla au fin fond de son cœur, l’étincelle qui lui accorderait un pouvoir sans limites. Investi d’une énergie nouvelle, il inspira profondément avant de réciter les mots que des générations d’hommes, partout dans le monde, avaient prononcés avant lui : « Je vais à Athène afin de savoir qui je suis réellement ! »

Aussitôt, il eut l’impression que ses poumons rétrécissaient, son cœur tambourinant dans sa poitrine. Était ce un signe ? Mais la sensation disparut aussi subitement qu’elle était venue, une tiédeur agréable se diffusa dans ses veines marquant ainsi le début d’une histoire.
Avatar de l’utilisateur
Antéros
Héros
Messages : 669
Inscription : sam. juin 10, 2006 1:22 pm

Messagepar Antéros » dim. janv. 31, 2010 3:24 am

Bonsoir Bacchus,

Alors c'est pas mal du tout, seulement il me manque des éléments dans ton histoire:

- Ton enfance, d'où viens tu, quel est ce peuple qui t'as recueillit, que font-il, pourquoi servent-ils athéna. Un petit paragraphe la dessus serait pas mal ;)

- Ensuite pourquoi vénère tu Athéna, quel son tes convictions (celle que l'ont ta enseigné et qui se sont insinué en toi, il faudrait que l'ont comprenne un minimum pourquoi ton perso veux servir la déesse de la sagesse ;) avant le fameux jour que tu contes ci dessus

Sincèrement il ne manque pas grand chose pour que je valide ton BG, juste quelques lignes par ci par là pour étoffer ce BG et ca devrait le faire

Cordialement

Antéros
Image
Bacchus
Élève
Messages : 18
Inscription : mer. déc. 17, 2008 7:35 pm

Messagepar Bacchus » dim. janv. 31, 2010 11:17 am

L’important, ce n’est pas la mort . . . mais le chemin. C’était le secret, depuis la nuit des temps. A peine né, gisant sur un champ de Bataille au Litochoro, Bacchus fut recueillis par des Baroudeurs du Nord de l’Europe traversant ce lieu épique afin de constater les dégâts des ennemis commun au peuple d’Athéne. Ces derniers constatant que cet enfant demeurer vivant, décidèrent de l’emmener avec eux avant de lui octroyer les soins rudimentaires qu’il avait endurés.


Partisan d’Athéna et des valeurs de sagesse et de guerre qui lui sont accordés, les baroudeurs lui impliquèrent une éducation similaire à celle des Athéniens. Une différence était cependant présente, l’art du combat était bien plus rude que celle délivré aux Athéniens.


Ainsi que l’exigeait Athéna, Bacchus devait entamer son voyage initiatique à travers la Grèce. Autour de lui, il observait tout ses « frères » réunis en cercle autour de lui arborant les plus riches ornements, scintillant pour l’essentiel autour de leur cour tels autant d’yeux dans la faible lumière qu’offrait la Lune. Nombre de ces hommes faisaient partie des puissants, mais pour lui, tout leurs titres éphémères ne signifiaient rien. Ses « frères » l’accompagnaient au Temple. Cet espace formait un carré parfait et ressemblait à une grande caverne. Le plafond, supporté par des colonnes de granit vert, s’élevait à une hauteur impressionnante. Tout autour, des gradins accueillaient des sièges ; l’éclat discret de la lune laissant planer un pâle faisceau autour de lui.


Un homme s’adressa à lui en murmurant : « l’heure est venue, il est temps pour toi de prêter serment. Ton parcours commence ici ! ! Traverse la Grèce, emporte avec toi le strict nécessaire et apprend à vivre parmi les tiens, ton éducation en est finit parmi nous. Tu es un Fils protégé d’Athéna, on t’a recueilli pendant de nombreuses années mais nous ne pouvons te garder auprès de nous. Nous sommes en train de te priver de ce que tu pourrais être, de ce que tu deviendras, de ce que tu es sans doute déjà . . . Jures tu solennellement emprunter cette route tout en ne reniant au grand jamais ceux qui t’on élevé ? »


Bacchus d’une voix légère comme la neige qui tombe, pris la parole en prenant le calice se trouvant devant lui : « puisse ce vin que je bois maintenant se muer en poison mortel si jamais je trahis sciemment et volontairement le peuple qui m’a tant apporté. Puisse ce vin me guider à travers la Grève afin de retrouver ma cité originelle. »


A l’instar de tous les voyages de ce type, celui de Bacchus était fort différent. Depuis toujours, il subissait un entrainement draconien, tant aux armes qu’au combat au corps à corps. De multiples entrainements que le vénérable maître lui avait proscrits, les yeux bandés avec un ruban de velours se jouant de sa dague avec lui. Bacchus fut bâtit par le combat, celui-ci étant sa seule raison de vivre. De nombreux périples, tests et entrainements avant ce jour du départ avait eu lieu. Son peuple adoptif souhaitant le préserver des diverses atteintes du monde extérieur, il fut formé tel pourrait l’être un prince guerrier. Aucune erreur, aucune peur, aucune blessure ne devait paraitre tant sur son visage que sur son âme.


Le Chemin se dévoilait à présent devant lui. Une route tracé par ceux qui l’avaient recueilli, ceux qui l’avaient sauvés et qui maintenant lui offraient sciemment un but. S’armant de courage pour Franchir le premier pas de son voyage, il s’inclina une dernière fois, courbant son corps robuste devant ses « frères ». Dans un silence de mort qui régnait à travers la nuit, il sentait le regard des témoins posés sur lui, tous attendaient qu’il empreinte ce chemin à présent . . .


Cette nuit, sous cette lune pâle, une étincelle scintilla au fin fond de son cœur, l’étincelle qui lui accorderait un pouvoir sans limites. Investi d’une énergie nouvelle, il inspira profondément avant de réciter les mots que des générations d’hommes, partout dans le monde, avaient prononcés avant lui : « Je vais à Athène afin de savoir qui je suis réellement ! »



Aussitôt, il eut l’impression que ses poumons rétrécissaient, son cœur tambourinant dans sa poitrine. Etait ce un signe ? Mais la sensation disparut aussi subitement qu’elle était venue, une tiédeur agréable se diffusa dans ses veines marquant ainsi le début d’une histoire. Qu’Athéna guide ses pas. . .
Avatar de l’utilisateur
Antéros
Héros
Messages : 669
Inscription : sam. juin 10, 2006 1:22 pm

Messagepar Antéros » lun. févr. 01, 2010 1:55 am

Bonsoir Bacchus,

Bon alors pour être honnête les deux lignes que tu as rajoutés sont loin d'être suffisante par rapport a ce que je souhaitais.

Cependant je sais que tu as fais un effort rien qu'en postant un Bg alors que c'est loin d'être ton truc..

Je vais donc le valider quand même mais en te demandant une fois en interne sur le forum d'athéna et avec l'aide de volo que tu connais bien IRL (si je ne m'abuse ;) ) de me complèter cette histoire entre les deux paragraphe ci dessous:

Partisan d’Athéna et des valeurs de sagesse et de guerre qui lui sont accordés, les baroudeurs lui impliquèrent une éducation similaire à celle des Athéniens. Une différence était cependant présente, l’art du combat était bien plus rude que celle délivré aux Athéniens.



Ainsi que l’exigeait Athéna, Bacchus devait entamer son voyage initiatique à travers la Grèce. Autour de lui, il observait tout ses « frères » réunis en cercle autour de lui arborant les plus riches ornements, scintillant pour l’essentiel autour de leur cour tels autant d’yeux dans la faible lumière qu’offrait la Lune. Nombre de ces hommes faisaient partie des puissants, mais pour lui, tout leurs titres éphémères ne signifiaient rien. Ses « frères » l’accompagnaient au Temple. Cet espace formait un carré parfait et ressemblait à une grande caverne. Le plafond, supporté par des colonnes de granit vert, s’élevait à une hauteur impressionnante. Tout autour, des gradins accueillaient des sièges ; l’éclat discret de la lune laissant planer un pâle faisceau autour de lui.


Voilà, je te souhaite donc la bienvenue chez Athéna ;) tu n'as plus qu'à créer ton compte sur le fofo priver et je te donnerais les accès ;)
Image
Bacchus
Élève
Messages : 18
Inscription : mer. déc. 17, 2008 7:35 pm

Messagepar Bacchus » lun. févr. 01, 2010 12:32 pm




L’important, ce n’est pas la mort . . . mais le chemin. C’était le secret, depuis la nuit des temps. A peine né, gisant sur un champ de Bataille au Litochoro, Bacchus fut recueilli par des Baroudeurs du Nord de l’Europe traversant ce lieu épique afin de constater les dégâts de cette terrible bataille. Cette ville fut dévastée par les ennemis d’Athènes, un seul survivant était présent : un Enfant. Ces baroudeurs décidèrent de l’emmener afin de le sauver d’une mort certaine.



Ce peuple de baroudeurs vouait un culte de grande ampleur à la déesse Athéna. De nombreuses vénérations mystifiant la déesse Athéna étaient de rigueur. Sa dimension d’excellence et de sacré, incarnant l’exemple, avait des répercussions sur les Hommes et en particulier sur ce peuple. Le culte voué à la déesse s’appliquant à des valeurs morales telles que la justice, la raison, l’équité étaient de mise dans ces lieux. Eduqué dans cette optique, Bacchus se forgea un caractère et une aptitude au combat afin de protéger ceux qui l’entouraient. L’entrainement fut intense, rude, et éprouvant mais arrivé à son terme, un consulat fut réuni.



Ainsi que l’exigeait Athéna, Bacchus devait entamer son voyage initiatique à travers la Grèce. Autour de lui, il observait tout ses « frères » réunis en cercle autour de lui arborant les plus riches ornements, scintillant pour l’essentiel autour de leur cour tels autant d’yeux dans la faible lumière qu’offrait la Lune. Nombre de ces hommes faisaient partie des puissants, mais pour lui, tout leurs titres éphémères ne signifiaient rien. Ses « frères » l’accompagnaient au Temple. Cet espace formait un carré parfait et ressemblait à une grande caverne. Le plafond, supporté par des colonnes de granit vert, s’élevait à une hauteur impressionnante. Tout autour, des gradins accueillaient des sièges ; l’éclat discret de la lune laissant planer un pâle faisceau autour de lui.


Un homme s’adressa à lui en murmurant : « l’heure est venue, il est temps pour toi de prêter serment. Ton parcours commence ici ! ! Traverse la Grèce, emporte avec toi le strict nécessaire et apprend à vivre parmi les tiens, ton éducation en est finit parmi nous. Tu es un Fils protégé d’Athéna, on t’a recueilli pendant de nombreuses années mais nous ne pouvons te garder auprès de nous. Nous sommes en train de te priver de ce que tu pourrais être, de ce que tu deviendras, de ce que tu es sans doute déjà . . . Jures tu solennellement emprunter cette route tout en ne reniant au grand jamais ceux qui t’on élevé ? »



Bacchus d’une voix légère comme la neige qui tombe, pris la parole en prenant le calice se trouvant devant lui : « puisse ce vin que je bois maintenant se muer en poison mortel si jamais je trahis sciemment et volontairement le peuple qui m’a tant apporté. Puisse ce vin me guider à travers la Grève afin de retrouver ma cité originelle. »



Le voyage de Bacchus n’avait rien à voir avec tous ceux qu’il avait put effectuer précédemment. Depuis toujours, il subissait un entrainement draconien, tant aux armes qu’au combat au corps à corps. De multiples entrainements que le vénérable maître lui avait proscrits, les yeux bandés avec un ruban de velours se jouant de sa dague avec lui. Bacchus fut bâtit par le combat, celui-ci étant sa seule raison de vivre. De nombreux périples, tests et entrainements avant ce jour du départ avait eu lieu. Son peuple adoptif souhaitant le préserver des diverses atteintes du monde extérieur, il fut formé tel pourrait l’être un prince guerrier. Aucune erreur, aucune peur, aucune blessure ne devait paraitre tant sur son visage que sur son âme.



Le Chemin se dévoilait à présent devant lui. Une route tracé par ceux qui l’avaient recueilli, ceux qui l’avaient sauvés et qui maintenant lui offraient sciemment un but. S’armant de courage pour Franchir le premier pas de son voyage, il s’inclina une dernière fois, courbant son corps robuste devant ses « frères ». Dans un silence de mort qui régnait à travers la nuit, il sentait le regard des témoins posés sur lui, tous attendaient qu’il empreinte ce chemin à présent . . .


Cette nuit, sous cette lune pâle, une étincelle scintilla au fin fond de son cœur, l’étincelle qui lui accorderait un pouvoir sans limites. Investi d’une énergie nouvelle, il inspira profondément avant de réciter les mots que des générations d’hommes, partout dans le monde, avaient prononcés avant lui : « Je vais à Athène afin de savoir qui je suis réellement ! »



Aussitôt, il eut l’impression que ses poumons rétrécissaient, son cœur tambourinant dans sa poitrine. Etait ce un signe ? Mais la sensation disparut aussi subitement qu’elle était venue, une tiédeur agréable se diffusa dans ses veines marquant ainsi le début d’une histoire. Qu’Athéna guide ses pas. . .


Revenir vers « [BG] Les Chevaliers d'Athéna »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité