[VALIDE V3] Engueyrrand

Présentation du Seigneur des Enfers et de ses Spectres.

Modérateurs : Maîtres de jeu, Oracles d'Hadès

Avatar de l’utilisateur
Engueyrrand
Guerrier
Messages : 112
Inscription : mar. sept. 04, 2007 1:58 am
Localisation : Arras

[VALIDE V3] Engueyrrand

Messagepar Engueyrrand » mar. sept. 04, 2007 3:13 pm

Engueyrrand est né aux pieds des montagnes de la Nuit (Carpates) non loin du Grand Serpent d'Eau (le Danube) dans une petite communauté regroupant quelques familles. Ces gens vivaient de la terre, de la chasse et de la cueillette, qu'ils pratiquaient dans les bois, et commerçaient avec les villages alentours.

Jusqu'à l'âge de huit ans, Engueyrrand passait tout son temps avec les femmes aux travaux des champs ou à la cueillette. Il avait la chance de bénéficier de l'attention de sa mère et le bonheur d'être en compagnie de la charmante Hermione, d'une année son aînée et aussi belle que l'aurore.

A son huitième printemps, son père, Ergmerth, décida de l'emmener à sa première chasse. Jusqu'ici Engueyrrand l'avait toujours observé avec attention dans ses préparatifs et il était impressionné quand il voyait ce colosse rentrer, alourdi par ses proies, barbouillé de terre et de saleté et suivi à la trace par des effluves nauséabondes. Il aurait pu avoir peur de cette créature sortie des forêts des montagnes de la Nuit s'il n'avait pas su que cette créature était son père.

Tout deux partirent alors sous les ombres de la forêt et Ergmerth enseigna à son fils l'art de se rendre invisible et de surprendre les proies. Ergmerth recouvrit les parties visibles de son corps de boue et fît de même sur son fils.
"Ecoutes bien mon fils, si tu portes les mêmes teintes que le monde qui t'entoure et que tu te fonds en son sein alors tu prives les proies de leur vue."

"A présent fils passons à la deuxième leçon: les animaux ont un bien meilleur odorat que les hommes et ils savent que nous sommes leurs prédateurs. C'est pour cela qu'il nous faut prendre une odeur qui ne les effraye pas."

Il fit quelques pas et montra à Engueyrrand un tas d'excréments.

"Regardes fils, ceci vient d'un cerf."

Ergmerth prit les excréments et les frotta sur ses vêtements, puis il les tendit à son fils. Engueyrrand les prit et passant outre son dégoût imita son père.

"C'est bien fils, maintenant tu dois apprendre à te déplacer silencieusement et quand tu sauras, tu seras un grand chasseur."

Ergmerth s'enfonça dans les bois sans un bruit, montrant à son fils où et comment poser les pieds. Engueyrrand se débrouillait plutôt bien et sa première chasse fut non seulement une réussite, mais aussi un de ses plus beau souvenirs.

Pendant les années qui suivirent Engueyrrand apprit tout ce qu'un homme devait savoir pour subvenir aux besoins de sa famille, le travail des champs, la tannerie, le travail du bronze et du bois, il passait beaucoup de temps avec la jolie Hermione qu'il aimait de tout son coeur et qui lui renvoyait cet amour. Ils se promîrent l'un à l'autre et se retrouvaient chaque soir à l'orée de la forêt où leur longue promenade se finissait toujours devant la porte de la maison d'Hermione par un baiser volé.

A l'âge de douze ans son père commença à lui enseigner la dernière discipline qui lui manquait, celle qui ferait de lui un homme.

"Viens mon fils et prends ceci."

Ergmerth désigna un bâton qui traînait sur le sol. Il se tenait bien droit, dominant son fils comme un maître devant son élève. Lui même tenait un bâton similaire à celui qu'il montrait à Engueyrrand. Ce dernier prit l'objet et s'avança vers son père, sachant parfaitement ce qui l'attendait et c'est la poitrine gonflée de fierté qu'il se présenta à lui.

"Fils, avant toute chose tu dois être conscient que tôt ou tard tu devras défendre les tiens. C'est por cela que je vais t'enseigner tout ce que je sais de l'art du combat, si tu es attentif et concentré je ferai de toi un homme. As tu compris mon fils?"

"Oui père, j'ai très bien compris ce que vous venez de dire et j'espère me montrer digne de vous."

Ergmerth sourit, il savait que son fils était courageux et intelligent et qu'il apprendrait vite ce qu'il lui restait à lui enseigner. Il l'avait vu devenir rapidement un formidable chasseur et il ne faisait aucun doute qu'il deviendrait aussi un grand combattant.

L'entraînement dura plusieurs mois, une ou deux heures chaque soir, Ergmerth fut impressionné de la fulgurante progression de son fils, Engueyrrand assimila très vite tout ce que son père avait à lui apprendre, les distances, les postures de combat, les attaques, les parades, les esquives, les feintes...

Ergmerth compris que son fils possédait un potentiel qu'il aurait été dommage de ne pas développer, c'est ainsi qu'un soir à la table familiale il prit une importante décision.

"Demain fils nous nous lèverons très tôt, bien avant le soleil, tu prépareras tes affaires nous voyagerons toute la journée."

"Bien père."

Engueyrrand ne savait pas de quoi parlait son père exactement, mais il était sûr d'une chose c'est que s'il avait besoin de savoir son père lui aurait dit. Il ne posa donc aucune question et il se contenta de faire ce que son père lui avait demandé.

Le lendemain Engueyrrand et son père partirent bien avant l'aurore, le jeune garçon ne vit pas pleure sa mère lorsqu'ils eurent passer la porte, ils marchèrent toute la journée vers le sud et ils traversèrent le Grand Serpent d'Eau vers le milieu de l'après-midi. Engueyrrand ne s'était jamais aventuré aussi loin de chez lui, même lors de ses plus longues chasses et c'était la première fois qu'il voyait le fleuve et il comprit tout de suite pourquoi il avait été nommé ainsi, c'était un très large fleuve qui serpentait nonchalament dans la plaine, lentement , se laissant doucement réchauffer par le soleil comme ces reptiles que l'on peut voir quitter leur cachette quand les premiers rayons de l'astre solaire se montrent enfin.

C'est au crépuscule qu'ils arrivèrent enfin à un petit village. Il était déjà tard et il y avait peu d'activité, les odeurs de soupe et de ragoût qui émanaient des maisons indiquèrent à Engueyrrand que non seulement les habitants étaient à table mais en plus qu'il avait faim.

Ergmerth ordonna à son fils de l'attendre à côté du puit en plein milieu du village puis il s'avança vers l'une des plus petites maisons, il frappa à la porte branlante, une voix lui répondit et il entra. Engueyrrand attenda ce qui lui sembla être une éternité tant la faim le tiraillait. Finalement la porte s'ouvrit, son père apparu dans l'encadrement et lui fit signe de le rejoindre.

Engueyrrand entra dans un petit intérieur très mal entretenu, visiblement aucune femme ne vivait ici, il y avait juste une table stabilisée par une cale, deux vieilles chaises sur lesquelles on aurait eu peur de s'asseoir et une paillasse miteuse occupait un coin de la pièce. Un ragoût de poissson mijotait sur le feu et l'odeur qui en émanait coupa la faim du pauvre garçon. Un homme aussi robuste que son père était installé à la table.

"Approches Engueyrrand"

Engueyrrand s'avança et son père vint se mettre derrière lui, il plaça ses mains abîmées par le travail sur les épaules de son fils et il porta son regard vers l'homme qui n'avait pas encore esquissé le moindre geste.

"Voici mon fils, Cromios."

______________________________________
Celui que son père avait appelé Cromios le regardait à présent, ou plutôt il l'observait. Son visage ne portait aucune expression. Cela ne dura que quelques secondes mais ces secondes parurent à Engueyrrand une éternité. Ce Cromios n'était pas physiquement plus impressionnant que son père, mais quelque chose émanait de lui et ce quelque chose intimidait beaucoup le jeune garçon.

Cromios se leva sans rien dire, il s'approcha du feu, prit une écuelle sale qu'il avait sûrement oublié de laver, la remplit de ce ragoût infecte puis la tendit à Engueyrrand. Engueyrrand ne savait pas s'il devait dire merci, alors il ne dit rien. Il prit l'écuelle et s'installa dans un coin de la pièce. Il fit beaucoup d'efforts pour avaler cette mixture infâme, mais il ne se plaignit pas. Les deux hommes mangèrent à la table sans échanger un seul mot, puis quand ils eurent terminé Ergmerth demanda à son fils de sortir et de l'attendre dehors.

Engueyrrand s'assit dur le rebord du puit, il se demandait qui pouvait bien être ce Cromios et quel rapport son père pouvait bien entretenir avec lui. Cet homme était étrange, il avait quelque chose qu'Engueyrrand n'avait jamais remarqué chez qui que ce soit. Il se dit que ces questions trouveraient une réponse au pire demain sur le chemin du retour. Engueyrrand n'attendit pas bien longtemps, son père lui fit signe de revenir. A peine entré Ergmerth lui dit d'aller se coucher car ils devaient se lever tôt le lendemain.

Engueyrrand se coucha mais il eut beaucoup de mal à dormir, tout d'abord parce qu'il était très inconfortablement installé mais aussi parce que son esprit était embrouillé par toutes les questions qu'il se posait.

Ergmerth réveilla son fils au moment où le soleil perçait à l'horizon, ils partagèrent avec Cromios un copieux petit déjeuner composé essentiellement de pain dur comme des bûches, de lait et de fruits secs. Comme la veille aucun mot ne fut échangé et Engueyrrand était plus que pressé de repartir chez lui même s'il n'en laissait rien transparaître.

Une fois le repas terminé Ergmerth se leva et se tourna vers son fils;

"Fils, il est temps pour moi de partir, je te laisse aux soins de Cromios."

Engueyrrand fut stupéfait par les paroles de son père si bien qu'il ne sut quoi répondre.

"Tu resteras avec lui toute une année, il t'enseignera tout ce que je ne puis t'apprendre et dans un an tu nous reviendras en homme."

"Mais père, tu as besoin de moi au village... et maman? Je vais lui manquer. Et Hermione...?

Engueyrrand laissa sa phrase en suspens.

"Mon fils, ne t'inquiète pas, ta mère et moi nous t'attendrons... et ta promise aussi."

Ergmerth eut un petit sourire en prononçant ces derniers mots. Engueyrrand lui, était abasourdi par cette nouvelle, il resterait un an loin de ses parents et pire que tout loin de celle qu'il aimait et en plus avec cet homme étrange, froid et distant.

"Tu verras mon fils une année à ton âge c'est vite passé."

Ergmerth embrassa son fils puis tourna les talons passant la porte sans rien ajouter. Engueyrrand resta sur place quelques instants toujours sous le choc de ce qui venait d'arriver quand une douce voix qu'il entendait pour la première fois le sortit de son état.

"Allez mon garçon, il ne sert à rien de t'apitoyer sur ton sort bientôt tu te rendras compte de la chance que tu as."

Engueyrrand donna l'impression de n'avoir rien entendu.

"A partir d'aujourd'hui je suis ton maître et c'est ainsi que tu m'appelleras. As-tu compris?"

"Oui maître."

Le ton d'Engueyrrand relevait plus du désespoir que de la conviction, mais la réponse contenta Cromios.

"Suis-moi!"

Ils sortirent de la maison et quittèrent le village, là à l'écart de tout l'entraînement commença.

"Voyons ce que ton père t'a enseigné, attaque-moi!"

"Mais nous n'avons pas de bâtons maître."

Un petit rire s'échappa de la gorge de Cromios.

"Première leçon, dès à présent tu n'utiliseras plus d'armes créées par l'homme. Ta seule et unique arme sera ton corps."

Engueyrrand ne comprenait pas où Cromios voulait en venir, mais il obéit. Il se lança sur son maître, l'attaquant de ses poings et de ses pieds, feintant pour tenter de tromper sa garde, essayant de saisir un bras pour rompre sa défense, mais Cromios esquivait ou parait toutes les attaques du jeune garçon, il se déplaçait à une vitesse ahurissante, disparaissant du champ de vision d'Engueyrrand pour réapparaître derrière lui.

"Tu es trop lent! Plus vite!

Malgré son sentiment d'impuissance le disciple redoubla d'effort pour ne toucher ne serait-ce qu'une seule fois le maître, mais la tâche se révéla impossible. Exténué, Engueyrrand tomba à genoux, le souffle court et le coeur battant à tout rompre.

"Tu as du talent, mais tu as encore beaucoup de choses à apprendre."

"Comment faites-vous? Personne ne peut bouger comme vous le faites, c'est impossible et pourtant...

"Tu le découvriras, tu as le potentiel en toi, je le sens. Ton père est un homme intelligent, il a eu raison de te confier à moi.

"Comment avez-vous rencontré mon père? Il n'a jamais parlé de vous et pourtant il a fait un long voyage pour m'amener à vous."

"C'est une vieille histoire, je t'ai déjà rencontré, tu n'était encore qu'un bébé, mais j'avais déjà pu sentir en toi le potentiel qui fait défaut à quasiment tous les hommes de ce monde. Ton père a par hasard assisté à l'un de mes combats. Mon adversaire était gravement blessé, alors il s'est enfui, mais moi-même j'étais à bout de force et ma jambe était fracturée. Ton père ne m'a pas posé de question, il m'a simplement prit par dessus ses épaules et m'a amené chez lui. Tes parents m'ont soigné et je suis parti, je ne leur ai pas dit ce que j'avais ressenti en toi, mais je me doutais bien qu'un jour, d'une façon ou d'une autre, tu viendrais à moi. J'ai juste dit à ton père où il pouvait me trouver s'il avait besoin d'aide, mais je ne pensais pas qu'il t'amènerai ici. La perspicacité de ton père et ton potentiel te promettent un grand destin Engueyrrand."

L'année qui suivit fut des plus difficiles pour le jeune disciple, il devait s'entraîner quasiment toute la journée, son maître ne lui laissait pas une seconde de répit.
Les entraînements au combat succédaient aux excercices de musculation, chaque aube et chaque crépuscule se voyaient consacrés à des séances de méditation qui devaient permettre à Engueyrrand d'éveiller son "cosmos", une force mystique qui habiterait chaque homme mais que seule une poignée était capable de maîtriser. Aux entraînements s'ajoutaient les corvées que le disciple se devait d'effectuer pour son maître. Ce fut une année de labeur où la fatigue, le découragement et les blessures furent le quotidien du jeune garçon. Plus d'une fois il crut sa dernière heure arrivée, tant la difficulté des excercices étaient élevée. Il se vit obligé de faire des tractions au-dessus d'un ravin, il dut traverser le Grand Serpent d'Eau plusieurs fois de suite à la nage, combien de fois manqua t-il de peu la noyade ou la chute? Lui-même n'aurait su le dire, mais les leçons du maître étaient bien ancrées dans sa tête et c'était tout ce qui comptait.

Il arrivait parfois que Cromios s'absente plusieurs jours voir une semaine complète, quand cela arrivait Engueyrrand devait continuer ses excercices et ses corvées ainsi qu'une autre tâche, une tâche qui lui paraissait insurmontable... Il devait briser à mains nues un rocher qui émergeait d'un mètre du sol. L'échec était toujours au rendez-vous. C'est les mains lacérées et couvertes de sang que Cromios retrouvait à chaque fois son disciple et c'est toujours avec les mêmes paroles qu'il lui expliquait comment il réussirait.

"Tu dois comprendre que tout en ce monde est composé d'infimes particules et qu'il suffit de les séparer pour détruire l'objet ou l'être qu'elles forment. Tu dois faire exploser ton cosmos et le concentrer dans la partie de ton corps avec laquelle tu attaqueras. Maintenant réessaye!"

La leçon fut répéter des dizaines de fois et c'est seulement alors que l'année touchait à sa fin qu'Engueyrrand réussit. Il sentit son cosmos au plus profond de son être, il le fit exploser avec tellement de puissance que Cromios ne put empêcher un mouvement de recul, Engueyrrand s'élança, frappa et fit voler en éclat le rocher. L'attaque fut si extraordinaire que Cromios qui se tenait près de la cible fut lui-même soufflé et se retrouva projeté plusieurs mètres en arrière. Du rocher il ne restait rien si ce n'est le sillon provoqué par le cosmos d'Engueyrrand. Cromios se releva dignement, se dépoussiéra et afficha un petit sourire de satisfaction.

"Tu as enfin compris, je suis fier de toi. Ton entraînement est terminé, tu peux partir, mais quelque chose me dit que nous nous reverrons un jour. Vas mon garçon, les tiens doivent te manquer... surtout une jolie jeune fille si j'ai bien compris."

Cromios avait vu juste, il tardait à Engueyrrand de retrouver sa chère Hermione.

"Maître!?"

Cromios avait déjà tourné les talons, mais il s'arrêta net quand il entendit son élève.

"Merci pour tout... et au revoir."

Engueyrrand partit en courant aussi vite qu'il le put, il ne vit pas le sourire qui s'était dessiné sur le visage de son maître. Il ne mit que quelques heures pour faire le voyage de retour, son entraînement et sa motivation lui donnèrent des ailes, mais la joie fut de courte durée car quand il fut en vue du hameau sa bonne humeur s'évanouit. Une épaisse fumée s'échappait d'une des maisons. Engueyrrand se précipita jusqu'aux fermes pour y découvrir un spectacle qui l'anéantit. Tous les habitants étaient morts, plusieurs combattants ennemis gisaient sur le sol, ils portaient des armes et des armures en bronze, c'était vraisemblablement des soldats ou plutôt des déserteurs qui se livraient au pillage loin de chez eux. Il trouva son père mourant au milieu des corps de plusieurs ennemis.

"Père!"

"Fils... ta mère... elle s'est donné la mort quand elle a compris que tout était perdu."

Les larmes coulaient le long des joues du jeune homme.

"Et Hermione?"

"Ils l'ont prise... rattrape-les. Sauve-la. C'est déjà trop tard pour moi... cours fils!

C'est le coeur déchiré qu'Engueyrrand partit sur les traces des assassins de ses parents. Son expérience de la chasse et le peu de précautions prises par les ravisseurs lui permirent de les rattraper rapidement, ils étaient trois, mais il était déjà trop tard... Elle leur avait trop résisté et ils l'avaient tuée pour mieux abuser d'elle. Engueyrrand se jeta sur eux pour les empêcher de souiller son corps. Son cosmos brûla d'une telle intensité que son attaque les tua net tous les trois, sa rage décuplait ses forces.

Engueyrrand s'approcha de sa bien aimée, il lui ferma les yeux et lui offrit un dernier baiser. Il entreprit alors d'offrir à sa famille et à ses amis une sépulture décente. Il y passa la nuit, et quand l'aube apparut il partit sur les traces du reste du groupe de brigands... ils devaient tous payer.

A partir des traces il estima qu'ils étaient encore une dizaine. Ils étaient partis vers le sud, ils avaient certainement déjà traversé le Grand Serpent d'Eau mais cela n'avait aucune importance il les pourchasserait jusqu'en enfer.

Il se mit en route sans attendre plus longtemps, la fatigue lui fit perdre beaucoup de temps mais son obstination lui fit continuer. Il lui fallut plusieurs jours pour les rattraper et il s'était enfoncé loin dans le sud. Sa colère lui fit oublier les leçons de son père sur la chasse et il se présenta à eux à découvert. L'un d'eux qui semblait être leur chef s'avança vers lui.

"Que veux-tu gamin? Tu devrais t'en aller."

"Je suis venu venger les miens. Vous allez payer!"

Les hommes qui lui faisaient face éclatèrent de rire.

"Et tu as fait tout ce chemin pour ça. Quelle détermination mon garçon. Si tu veux les retrouver nous allons te faire traverser le Styx."

Les hommes rirent de nouveau.

"Le Styx?"

"Le fleuve qui mène au royaume du grand Hadès, le seigneur des morts. Peut-être qu'il te les rendra."

Les hommes se précipitèrent sur Engueyrrand, celui-ci esquiva les coups bien trop lent de ses adversaires et chacune de ses attaques faisait voler un casque ou perforait un plastron. En quelques secondes il jeta tous ces adversaires au sol, sa vengeance assouvie avec leur mort. Il décida de rencontrer cet Hadès, peut-être qu'il pouvait vraiment lui rendre ceux qu'il aimait, après tout auparavant il ne pensait pas qu'il était possible d'être aussi puissant qu'il l'était à présent mais Cromios lui avait prouvé le contraire. Il continua vers le sud, pensant trouver cet Hadès dans cette direction, laissant derrière lui les corps inertes de ceux qui lui avaient tout pris.

"Où vas-tu?"

Engueyrrand se retourna, surpris d'entendre la voix de son maître.

"Maître!?"

"Quand le maître pose une question le disciple répond Engueyrrand."

"Pardon maître. Je vais trouver cet Hadès, mais que faîtes-vous ici?"

"J'ai senti ton cosmos brûler peu de temps après ton départ, alors je t'ai rejoint et devant le drame qui t'accablait j'ai préféré te laisser choisir ton chemin seul. Et maintenant tu me dis que tu veux rencontrer Hadès."

"Oui maître."

"Tu es bien présomptueux. Tu penses qu'un dieu voudrait t'écouter."

"C'est un dieu! Excusez-moi maître."

"Et que lui aurais-tu dit jeune idiot?"

"Je lui aurais demandé de me rendre Hermione et mes parents."

Cromios sourit. Son protégé avait toutes les qualités pour devenir un spectre et en plus il avait une bonne raison... l'amour.

"Alors viens avec moi mon garçon, si tu t'en montres digne Sa Majesté Hadès te l'accordera."

Engueyrrand emboîta le pas de son maître et tous deux prirent le chemin du Nékyomantéion, vers leur destin.
Dernière modification par Engueyrrand le ven. sept. 28, 2007 7:01 pm, modifié 24 fois.
Avatar de l’utilisateur
Engueyrrand
Guerrier
Messages : 112
Inscription : mar. sept. 04, 2007 1:58 am
Localisation : Arras

Messagepar Engueyrrand » mar. sept. 04, 2007 3:14 pm

Voilà le début, la suite plus tard... :D
Avatar de l’utilisateur
Nikiolas
Guerrier Divin
Messages : 8188
Inscription : ven. mai 18, 2007 5:50 pm

Messagepar Nikiolas » mar. sept. 04, 2007 5:39 pm

Déjà bienvenu et merci à toi d'avoir choisis le clan Hadès.

J'attends donc la suite parce que la cela ne suiffira pas à etre validé. Aide toi des BG déjà validé pour te faire une idée de ce que l'ont attend et tu verras ça va aller tout seul :wink:
Avatar de l’utilisateur
Azatha
Guerrier
Messages : 220
Inscription : mer. mai 09, 2007 5:31 pm
Localisation : PACA France

Messagepar Azatha » mer. sept. 05, 2007 10:24 am

Re salut Engueyrrand.

Bon nous avons une partie de l'enfance décrite. Comme je te le disais via Hermes, il va falloir par la suite developper la partie entrainement au combat, ainsi que les raisons qui t'on amener à preter allégence a Hadès.

D'autre part comme tu as pu le constater, ce sont nos oracles qui valideront ta BG celle ci une fois terminée. Ils sont pleins de bon coonseils mais aussi exigent. Il y a, a mon avis, un bon départ sur l'art de la narration, reste a continuer la belle histoire commencer.

Pour en revenir au contenu même :
- Visiblement ton père commence a prendre en charge ton éducation de survie et aussi guerriere, en t'apprenant l'art de la dissimulation et de l'action rapide et efficace. Il peut etre interessant de continuer dans cette axe la.
Ton père colosse et grand chasseur te fait decouvrir un art nouveau celui qui lui a permis de survire et de faire vivre le clan. L'art de la chasse et du combat de corps à coprs (par exemple).
- Vu que tu te trouve dans une région au nord de l'endroit ou se passe godwarriors, il faudra conter ce qui t'a amenere a quitter ta famille (destruction? conflit envers ton pere ?, depart pour un passage initiatique et en chemin tu te perds ou une rencontre particuliere ? a voire selon l'axe que tu souhaite donner a ton perso). Ce départ et le voyage qui s'en suit peut etre utilisé pour expliquer ton choix envers Hadès.

Voila quelques idées axes pour la suite ... bon courage et t'inquiete tres bientot tu seras avec nous sur le forum privée d'Hadès, ou tu pourras avoir pleins d'autre conseils et de franche rigolade :twisted:
I'm aliiivvveeeeeeee !!!
Avatar de l’utilisateur
Nikiolas
Guerrier Divin
Messages : 8188
Inscription : ven. mai 18, 2007 5:50 pm

Messagepar Nikiolas » ven. sept. 07, 2007 9:34 pm

Merci Azatha. Donc voici ce qu'il faut faire, j'espère que tu y parviendras Engueyrrand

Pour tout autre question tu peux soit faire appel à un oracle ou alors à un spectre déja validé :wink:
Avatar de l’utilisateur
Nikiolas
Guerrier Divin
Messages : 8188
Inscription : ven. mai 18, 2007 5:50 pm

Messagepar Nikiolas » mer. sept. 12, 2007 11:08 pm

Juste pour savoir si tu avais eu l'occasion de continuer un peu plus ?
Avatar de l’utilisateur
Engueyrrand
Guerrier
Messages : 112
Inscription : mar. sept. 04, 2007 1:58 am
Localisation : Arras

Messagepar Engueyrrand » ven. sept. 14, 2007 9:53 am

Toutes mes excuses, mais je n'ai ajouté que quelques lignes dernièrement.
J'essayerai de rattraper ce week-end.
Avatar de l’utilisateur
Nikiolas
Guerrier Divin
Messages : 8188
Inscription : ven. mai 18, 2007 5:50 pm

Messagepar Nikiolas » ven. sept. 14, 2007 11:02 am

Oki doki, prends ton temps, ne te speede pas, mon message était surtout pour vérifier que tu ne t'étais pas découragé :wink:
Avatar de l’utilisateur
Engueyrrand
Guerrier
Messages : 112
Inscription : mar. sept. 04, 2007 1:58 am
Localisation : Arras

Messagepar Engueyrrand » dim. sept. 23, 2007 9:42 pm

J'ai bien avancé aujourd'hui.
J'attends vos remarques en espérant que cela vous plaise.
Avatar de l’utilisateur
Nikiolas
Guerrier Divin
Messages : 8188
Inscription : ven. mai 18, 2007 5:50 pm

Messagepar Nikiolas » dim. sept. 23, 2007 10:03 pm

C'est très bien, il manque juste une chose ... tu entre quand et comment au service de Hadès ?

Là en tout cas, pour tout ce qui concerne enfance et entrainement c'est nickel :wink:

Revenir à « Les Spectres d'Hadès »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités