[Validé V3] Alecto

Présentation du Seigneur des Enfers et de ses Spectres.

Modérateurs : Maîtres de jeu, Oracles d'Hadès

Avatar de l’utilisateur
Alecto
Élève
Messages : 1
Inscription : mar. déc. 11, 2007 4:24 pm

[Validé V3] Alecto

Messagepar Alecto » mar. févr. 12, 2008 8:50 pm

[HRP]
Bon, je me lance pour une BG.

Je pense pas la terminer du premier coup, donc vous affolez pas si ça n'a pas l'air finis... c'est normal :wink: [/HRP]

Vous pouvez m'appeler Alecto. Cela signifie "Implacable" dans votre langue il me semble... Cela me conviens.
En effet, je ne suis pas originaire de Grèce, ma peau est trop cuivrée, mes manières trop brusques pour cela. Je viens de l'autre coté du Grand-Vert, au sud de la Mer Blanche. Je suis issue d'une peuplade nomade que vous traiteriez bien volontiers de barbare. Et je ne saurais vous donner entièrement tort.
La tribu où je suis née à toujours vécu dans le désert, du moins depuis que celui ci existe d'après notre tradition. Si elle survit grâce à une économie principalement basée sur l'élevage, la guerre est également une activité primordiale pour nous autres. Non seulement nous devons nous défendre en permanence contre les tribus rivales et les étrangers cupides, mais lors des saisons particulièrement sèches qui assoiffent nos chèvres, nous devons bien piller les villages lointains pour assurer notre survie. Mais bien plus que cela, le désert que nous arpentons depuis des générations recèle des horreurs indicibles que nous devons être prêts à affronter s'il le faut.

Et nous le sommes tous, depuis notre plus jeune âge. Sans distinctions de genre, tous les enfants de la tribu, arrivés à leur septième solstice d'été, partent en compagnie des trois plus puissants guerriers du campement.
Cela m'est arrivé à moi aussi bien entendu, alors que je n'était qu'une jeune enfant.
Un matin, nous avons quitté le camp, en compagnie de trois guerriers, pour nous enfoncer profondément dans le désert. Nous étions huit. Huit enfants arrachés le matin même à leurs parents et à tout ce qu'ils connaissaient, pour faire une marche forcée au travers d'une étendue aride et brûlante, en route vers l'enfer...
Bien sur nous savions que cela était inéluctable, et nous attendions même cet instant depuis longtemps, le mimant dans nos jeux d'enfants, sachant qu'il ferait de nous les guerriers que nous rêvions d'être. Il n'empêche que nous avions peur, peur à en mourir...

Le soir venu, nos trois guides stoppèrent notre marche à un endroit qu'ils jugèrent propice. Ils se mirent à faire un feu, et à chauffer des morceaux de viandes au parfum alléchant. Mais pour l'heure nous n'avions le droit que de nous désaltérer avec le bouillon de cuisson. La véritable viande ne nous serait autorisée que lorsque nous reviendrions victorieux de notre épreuve. La viande est rare dans le désert et est réservée aux guerriers en dehors de jours de fête.
Une fois rassasiés, nous fûmes envoyés chacun dans une direction différente. Nous devions trouver dans le désert et dans la nuit ce qui ferait de nous des guerriers, et revenir au campement avec ce que les esprits nous aurons laissé comme preuve de notre courage. Enfin, pour ceux que les esprits du désert laisseraient sortir de la nuit...

...

Seule dans l'obscurité, je m'avançait vers mon destin, mes pieds nus de petite fille laissant de légères empreintes dans le sable encore chaud du désert. Bientôt le vent ferait disparaître mes traces en même temps qu'il remodèlerait les dunes. Il m'est impossible aujourd'hui de savoir combien de temps j'ai marché dans le désert avant de me rendre compte que les étoiles avaient disparues. Ce simple fait m'angoissa terriblement. Les étoiles étaient les feux que les esprits laissaient afin de guider les nomades, ne plus pouvoir les observer me faisait perdre tout sens de l'orientation, faisait naitre en moi l'angoisse de me perdre pour toujours dans les sables du désert...
Le sable... Je m'aperçus alors avec horreur que le sable lui même avait disparu. Je ne sentait plus son grain rassurant courir sous la plante de mes pieds. En fait je ne sentais plus rien, comme si je marchait dans le vide. Je poussais un cri, sans trop savoir si cela pouvait alerter quelqu'un ou simplement me rassurer. Seul le silence me répondit. En fait, je n'étais même pas certaine qu'un quelconque son ne fut sorti de ma bouche.
Je me sentais totalement perdue dans un océan de vide et de silence, comme privée de chacun de mes sens, je n'étais même pas certaine d'être encore en vie. Quel était cet endroit où les esprits m'avaient entraînée? Je ne voulais pas y rester, je ne souhaitais qu'une chose, revoir mes parents, ma tribu. Des larmes d'angoisse commencèrent à perler sur mon visage, même si je ne les voyaient ni ne les sentaient pas. Mais je les devinaient, petites perles mouillées, amères et salées, brillantes de milles feu dans ce lieu de ténèbres qu'il me fallait quitter.
Je distinguais alors un éclat, une sorte de forme venir vers moi en se déplaçant dans le néant. Une forme au lignes si régulières qu'elle ne pouvaient appartenir au monde naturel. Elle brillait d'un éclat oscillant entre le bleu pâle et le vert argenté. Bien que cette forme ne possédait ni visage ni expression à proprement parler, je sentais intuitivement qu'elle se moquait de moi, de mon angoisse face à l'inconnu. Peu à peu, d'autres formes similaires (quoique toutes très différentes) nous rejoinrent. Toutes ces formes lumineuses m'encerclaient, se raillant de moi dans leur silencieux rayonnement. Ce manège dura un moment, et me vexa si fort que j'en oubliais presque ma peur originelle...
Alors, toutes ces formes se mirent à tournoyer de plus en plus vite autour de moi, pour peu que la notion de tour puisse avoir un sens dans ce monde sans espace. Il me semblait alors être entouré par une espèce de grand serpent de lumière bleutée et qui se mordrait lui même la queue afin de m'encercler totalement. Je crus avoir des nausées, mais rien d'autre que du vide épais et noir ne sortait de mes entrailles, jusqu'à en perdre connaissance...

...

Lorsque je revins à moi, j'étais secouée par des mains sales et brutales. Des étrangers à l'odeur repoussante étaient entrain de me ligoter avant de me jeter sur le dos d'une monture du desert

"Belle prise!, Celle ci est vierge c'est évident, on en tirera un bon prix au marché de Iounou..."
J'avais finalement réussi à sortir de l'épreuve du désert, mais pour tomber aussitôt sur des marchands d'esclaves! J'aurais du tenter de m'enfuir, au moins crier, me débattre, mais je n'étais qu'une enfant épuisée par un effort mystique et une nuit passée seule dans le désert. Je n'avais plus aucune force.

C'est ainsi que je fut transportée dans la grande cité de Onou, la Ville du Soleil, celle que vous appelez Héliopolis. J'y fut négociée un bon prix sur la place du marché, achetée par un aristocrate bedonnant qui pensait pouvoir m'utiliser pour assouvir ses bas instincts. Notre première nuit lui fut fatale. A l'aide d'une lame dissimulée depuis le matin, je l'émasculait avant de l'égorger. Tandis qu'il se rependait en un liquide sombre et puant, je pouvais lire dans son regard l'incompréhension d'avoir été assassiné par une si jeune enfant. J'étais pourtant suffisamment âgée selon lui pour le satisfaire, alors pourquoi pas pour l'occire... Tel est le danger à prendre ses esclaves dans des peuples méconnus. Il arrive que certaines tribus apprennent le maniement des armes à leur plus jeunes enfants, même aux filles.
Bien sur j'aurais du être égorgée à mon tour, mais le destin en voulu autrement. En effet, un homme, nommé Djoser, demanda aux autorités de m'épargner, moyennant une forte somme d'argent.

Bien que je fut, dans un premier temps, très reconnaissante envers l'homme qui m'avait sauvée, celui ci n'avait pas dépensé autant d'or par pure compassion. En fait, il avait compris que mes aptitudes martiales étaient extraordinaire pour une enfant de mon âge, et comptait bien se rembourser plusieurs fois en organisant des combats où il parierait sur moi, évidemment...
Commença alors une vie dure, faite d'entraînement et de combats souvent mortels face à des guerriers souvent plus forts et plus âgés que moi. Bien sur je ne sortait pas constamment victorieuse, surtout pas au début, mais je réussis néanmoins à survivre, ce qui n'était pas si mal...[/i]
Dernière édition par Alecto le mar. mai 06, 2008 6:40 pm, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Astaesh
Apprenti-guerrier
Messages : 93
Inscription : mer. août 29, 2007 3:55 pm

Messagepar Astaesh » mer. févr. 13, 2008 5:11 pm

c'est sympa pour le moment. j'attends la suite :wink:
Image
Avatar de l’utilisateur
Nikiolas
Guerrier Divin
Messages : 8142
Inscription : ven. mai 18, 2007 5:50 pm

Messagepar Nikiolas » ven. juil. 25, 2008 6:25 pm

Petit up en attendant la suite

Revenir vers « [BG] Les Spectres d'Hadès »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités