[BG] Héléades (nouveau chapitre de la saga)

Présentation du Seigneur des Enfers et de ses Spectres.

Modérateurs : Maîtres de jeu, Oracles d'Hadès

Avatar de l’utilisateur
Heleades
Héros
Messages : 664
Inscription : lun. mai 15, 2006 1:04 pm

[BG] Héléades (nouveau chapitre de la saga)

Messagepar Heleades » mar. juil. 25, 2017 2:15 am

Un douce lueur venait me caresser mes yeux à travers mes paupières trop longtemps bercées par les farouches serres de l'obscurité. Ou étais-je ? Ce fut la première question qui vint effleurer mon esprit torturé par cet étrange impression d'un sommeil qui n'avait que trop duré. Sortant de ma torpeur, je me leva de ce lit poussiéreux d'un état assez lamentable, me donnant un mal de dos assez désagréable ... mais à la fois agréable, comme ci cette douleur me permettait de me sentir .. vivant; étrange sensation. Au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient dans le sablier du temps, je sentais que l'oxygène reprenait son circuit à l'intérieure même de mes poumons tandis que le dioxygène lui, en prenait le sens inverse. Alors que j'étais assis sur cette misérable couche en peau de loup à l'odeur bestiale, je pouvais ressentir cette sensation de ma peau frottant cette douce fourrure animale qui m'était vraiment agréable.

Me levant, titubant dans un premier temps, je retrouva rapidement mon équilibre, ce qui me permit de m'avancer vers une glace se trouvant à quelques centimètres de moi. me contemplant de ce miroir lui aussi recouvert de poussières que je balaya de ma paume droite de la main, je m'y découvris. J'y avais la joie de revoir ma crinière blanchâtre, ces yeux bleus glaciers qui avaient remplacé le colori gris-verts, ce teint anormalement plus clair que mes souvenirs à la limite du colorie de la neige, ce bras gauche fait d'une matière qui semblait être de l'orichalque, toutes ces cicatrices qui couvraient mon corps, et dont j'en ignorais l'origine, tout comme ce bras artificiel.. Me fixant inlassablement, droit dans les yeux, j'essayais de me souvenir, d'ou venaient ces blessures, comment j'avais atterri ici, d'ou je venais .. Mais j'eus en réponse un terrible mal de tête à m'en faire exploser la tête. C'est alors que des souvenirs jaillirent de mon subconscient :

Image

Le royaume de Nymphéa appelé par les grecs l’Atlantide, mon père le roi Arkantos et ma mère la reine Briséis, moi leur fils et prince du royaume, mon enfance heureuse et chaleureuse jusqu'à cette attaque de milliers de trirèmes au pavillons noirs et rouges dirigés par ce colosse de Déiphobos qui tua mon père et massacra mon peuple, disparaissant dans les abîmes océaniques, faisant de moi l'unique rescapé de mon peuple et de mon royaume ... En repensant à tout ça, j'eus éprouver de nouveau ces sensations de peine, de tristesse, de haine et de vengeance qui gagna mon coeur déjà bien assez froid comme ça .. Sans le vouloir, quelques lames glacées coulèrent le long de mon doux visage jusqu'à ce que j'interrompe leurs trajectoires. A cet bien triste époque, j'étais âgé de 8 ans, je ne savais pas quel âge javais aujourd'hui mais à en juger par mon faciès j'aurais parié sur 18 ans à peu près. Dix années s'étaient écoulées à partir de ces deux évènements et pourtant je ne me rappelais de rien, comment cela pouvait il être possible ? Que m'était il arrivé ? Avais-je péri avec les miens dans les bras de l'océans ? Ou était-je entré dans le coma ? Encore des questions qui s'ajoutaient à ma liste des sans réponses..

Après avoir fait assez preuve de narcissisme devant la glace, je remarqua cette bague somptueuse à mon index droit qui semblait être un artefact atlante puissant qui ne faisait plus qu'un avec mon corps et mon âme, impossible pour moi de l'enlever; cependant elle m’insuffler un certain sentiment, un pouvoir et une puissance étrange dont je me délectais, elle me murmurait même un langage Atlante perdu dans les âges du temps .. Cette anneau me rappelait quelque chose, je l'avais déjà vu quelque part, mais ou ? .. je me décidais de continuer à visiter l'endroit d'ou je m'étais éveillé. Nu comme un ver, je me décida à prendre l'odieuse couverture qui me servait à présent de toge de fortune puis je partis à l'aventure. Dans la seconde pièce, je trouva une sombre armure de guerrier noir qui était rangée sur un espèce de porte armure, avec à ses côtés une espadon titanesque. Piqué par l'abeille de la curiosité, je revêtis cette dernière qui, étrangement, m'allait comme un gant. Rangeant l'épée géante dans mon dos, je mangeais les quelques bouts de pains et de fromages entreposés sur la table de bois elle aussi empoussiérée et dans un bien mauvais état. Je savourais ces mets, d'un gout ordinairement banal mais, cette fois-ci, dans la mienne, éveillait mes papilles et mon palais. je m'en régalais, comme ci je mangeais un bon morceau de chèvre ou de porcs cuisiné par les maîtres cuisiniers Atlante.

Image

Alors que je finissais les dernières miettes de la denrée, une vieille femme à l'allure aussi piètre que sa demeure entra par la porte principale. Dans un silence intriguant voir même gênant, cette dernière se dirigea vers son feu puis y prépara un breuvage semblable à de l'eau aromatisé grâce aux plantes qu'elle ajoutait dans la concoction. Après avoir préparé deux verres et y avoir versé sa potion, elle s'approcha de la table, s'y assied puis m'avança en toute courtoisie l'une de ces chopes en terre moulée. Après l'avoir saisi des deux mains, me réchauffant les membres supérieurs et le coeur par la même occasion, je goûta cette boisson que j'apprécia énormément. Pendant ce temps la, la vielle dame me contemplait avec ce sourire bienveillant, satisfait de voir que son jus m'avait plu. C'est alors que cette dernière brisa la loi du silence, prenant la parole de sa voix roc, chaleureuse et agréable.


" Soit le bienvenue en ces lieux. Je me nomme Inferia, servante de l'honorable Hadès, couturière et habitante du Nekyochorio. Je vois que tu as trouvé t'es biens, tu es si élégants avec cet équipement atypique " dit-elle en rigolant.

" Enchanté madame.. Je me nomme Héléades, prince de Nymphéa et ... . " Marquant une pause, je fus gêné de ne pouvoir en dire plus. J'étais pour moi même en grande parti un inconnu également.. " Pouvez vous m'en dire plus sur moi ? ".

Après avoir bu une gorgée, la vielle femme, toujours souriante, me répondit : " Mon pauvre garçon .. quelle pire punition pour un homme de ne pas savoir l'histoire qu'il a pu vivre, le tout écrit dans le livre de son esprit .. Tu te souviens déjà de ton passé, c'est une bonne chose .. Hélas, je ne pourrais t'en dire d'avantage. Tout ce que je puis te dire, c'est que des soldats du sombre monarque t'ont amené ici, te confiant en mes soins dans ma modeste demeure jusqu'à ton éveil ou la, je devais te faire passer un message qui est le suivant : Tu dois te rendre aux portes chaudes du Tartare pour y rencontrer les Oracles du seigneur Hadès qui attendent ta présence. Voila, c'est à peu près tout si ma mémoire ne me fait pas défaut .. "

Hadès .. tout semblait me lier au roi des enfers, mais pourquoi ? Quels étaient ses projets pour moi ? Pouvait-il m'aider à accomplir ma terrible vengeance si je ne l'avais pas déjà exécuté ? Quels étaient ses intentions envers ce monde, cruelles et mauvaises ou bonnes et louables ? Lui qui avait toujours été catalogué comme un dieu hostile dans le coeur des hommes à cause de son appartenance aux enfers avait cependant aussi une réputation de dieu terrible mais juste et impartiale. L'anneau lui, qui discutait discrètement avec mon subconscient, semblait me pousser dans cet direction. Quoi qu'il en soit, j'étais flatté de cet intérêt. Finissant ma boisson avec délice puis après avoir posé mon verre, je répondis à mon hôte :

" Je ne vous embêterais pas plus longtemps. Merci pour tout chère madame, je dirais aux Oracles que votre mission à été mené à bien et que votre accueil a été admirable. ha oui, et votre jus était excellent. A bientôt ! "

" Merci jeune prince, que toutes vos questions trouvent une réponse, et que l'épée de vengeance tranche sa proie par la volonté d'Hadès. "

Après avoir pris les dernières indications auprès de la vielle dame, je pris la route vers la porte du tartare. Sur la route, regardant ce ciel dépourvu de lumière à la voûte céleste couleur sombre, cette situation géographique me disait vaguement quelque chose, même si je ne comprenais pas vraiment comment. Peut-être que mon destin était lié à Hadès, celui de devenir un spectre d'Hadès. Outre mes interrogations, je souhaitais surtout que les convictions du roi des enfers soient les mêmes que les miennes mais par dessus tout, que le sombre monarque me soutienne dans mon but de vengeance contre ce Déiphobos et ses armées qui avaient annihilé mon peuple. Une chose était sur, mon âme était irrémédiablement attiré par Hadès, une divinité qui était pourtant crainte mais respecté au sein des Atlantes.

Image

:arrow: Les portes du Tartare
Image

Revenir vers « [BG] Les Spectres d'Hadès »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités