[VALIDER] BG Zadnoc

Présentation du Roi de l'Olympe et de ses Anges.

Modérateurs : Maîtres de jeu, Oracles de Zeus

Avatar de l’utilisateur
Zadnoc
Élève
Messages : 4
Inscription : mar. nov. 27, 2007 1:10 am
Localisation : Qui sait?

[VALIDER] BG Zadnoc

Messagepar Zadnoc » mer. nov. 28, 2007 4:15 am

Chers Oracles, me voici devant vous pour vous raconter l'histoire d'une personne pas comme les autres, mon histoire...

Je tiens avant tout à signaler la présence de l'ange Danteas dans ce BG, j'ai toute son autorisation car il fait partie même de mon histoire.

Merci d'avance de votre lecture et de vos conseils pour la suite.

----------------------------------------------------------------

Une nuit d’orage qui semblait commune à cette période de l’année et pourtant... Les éclairs étaient d’une rare intensité, faisant tomber arbres et autres faibles bâtisses. Dans l’une d’entre-elles se tenait un couple de pauvres paysans, la femme allait mettre au monde sous peu, sous le regard sévère de son mari. N’ayant pu trouver d’homme médecin par ce temps, c’était un vieillard qui aidait la femme, il parlait peu mais faisait les gestes qui fallait. Les heures passèrent et le moment de l’ultime effort approcha. Le souffle de la femme s’intensifia de même que la fréquence des éclairs. Ces derniers mirent le feu au vieux chêne devant la maison. Le mari se rua dehors pour l’éteindre ou tenter de dégager l’arbre pour éviter qu’il ne tombe sur la bâtisse.

Les efforts vains, l’homme entendit un son, le son d’un enfant. Il était né, c’était un garçon. Malheureusement, l’accouchement ne permit pas à la mère de survivre. Le vieillard remit le nouveau-né en pleurs dans les bras de son père puis disparut dans les ténèbres de la tempête. Avant même de réaliser le décès de son épouse, un craquement violent se fit entendre suivi d’une secousse, l’arbre venait de s’écrouler sur une partie de la ferme. Bégayant quelques mots, certains revenaient souvent : "Maudit soit-il". L’homme apprendra plus tard que les éclairs ne sont tombés que sur ces terres...

La vie reprit tant bien que mal, le père éduqua son fils du nom Maldit dans la violence et autre règne de terreur, ce qui n’avait que pour effet de renforcer une colère déjà imposante dans l’esprit du garçon, de plus que Maldit voulait dire « Maudit », il se jura de prendre un autre nom quand il pourrait le faire. Les années passèrent, l’enfant grandit tout comme sa force et sa haine. Il avait bâti son corps, meurtri par les coups de son père, à la force d’entraînements personnels dans la forêt qui longeait la ferme toujours à moitié détruite.

Un jour Maldit disparût dans la forêt. Il venait de se perdre, chose étrange puisqu’il s’entraînait tous les jours dedans. Ne voulant pas paniquer, il s’assit près d’un jeune arbre et se mit à réfléchir sur le chemin qu’il avait emprunté jusque là. Cependant il sentait une présence, il sentait qu’on l’observait. En effet une ombre passa et repassa autour de lui.


Qui est là ? Répondez !

Aucune réponse ne se fit entendre. Seulement le bruit de pas qui s’accéléraient, soudain l’ombre se mit à attaquer, ses coups étaient invisibles mais ils avaient de l’effet sur Maldit qui souffrait à chaque volée. Cela dura quelques minutes, le jeune garçon gisait sur un sol couvert de sang. Puis l’ombre disparût laissant place à une meute de loups. Les bêtes s’approchèrent de l’enfant petit à petit. Maldit pensa que son heure était venue, quand il entendit une voix « Utilise ta colère, Maldit, utilise là pour vaincre. ». L’enfant ferma les yeux, et laissa peu à peu la colère l’envahir doucement. Il poussa un hurlement, le premier loup était déjà sur lui. Maldit le transperça de tout son avant bras avec une force surnaturelle. La mort du prédateur de tête fit fuir les autres. Tremblant, Maldit retrouva ses esprits en quelques minutes. Laissant apparaître au loin son père qui hurlait son nom car cela faisait des heures qu’il était porté disparût. Des heures ? Maldit ne s’était perdu que quelques minutes au plus... Personne ne crut vraiment l’enfant quand il raconta son histoire, ce qui énerva fortement son père qui le battait chaque fois qu’il évoquait un passage de son épopée.

Six années passèrent après l’incident, Maldit était devenu un homme fort, il aidait son père dans son travail, malheureusement la folie avait rongé la tête de ce dernier. L’homme parlait de mort et tout ce qu’il l’entourait. Des hommes étranges allaient et repartaient de la ferme. Quelques fois le père disparaissait des jours entiers...

Le jeune fils continuait lui son entraînement, seul, par tous les temps. Il avait acquit une force supérieure à bon nombre d’habitants de la région.

Vint un soir d’orage, encore d’une violence rare, remémorant les souvenirs au père, et arriva ce qui devait arriver. L’homme commença à insulter son fils, criant le nom de sa femme morte pour l’enfant. Maldit n’en pouvant plus, provoqua son père. La bagarre n’était pas belle à voir... Maldit s’enfuit...

Il errait dans la forêt, de ses joues coulaient des larmes, ses yeux reflétaient la haine à l’état pur. Il frappait les arbres de toutes ses forces qui étaient décuplées comme lors de l’incident avec les loups. Après plusieurs heures de marches, il tomba sur une clairière, une petite maison en son centre. Il alla passer la nuit à l’intérieur. Il n’y trouva qu’un tas de paille ainsi qu’une sorte de garde manger. Ayant trop sommeil pour manger il s’effondra dans la paille.

Le soleil était déjà haut, la cabane était ouverte, une légère fumée de viande grillée traversait la maison. Maldit se réveilla, il avait des bandages sur tout le corps. Il sortit de la maison avec difficulté, là un vieil homme se tenait près du feu, il se tourna, lui sourit puis lui dit :


Mange, tu en as besoin.

Le jeune homme ne savait pas quoi répondre, il s’écroula près du feu du fait de son manque de force. Le vieillard lui tendit une assiette. Maldit mangea trois assiettes entières, ce qui fit rire le vieil homme.

Voilà un bon garçon, hahaha.

Cela faisait un temps infini que Maldit n’avait pas entendu un rire, cela lui procura une drôle de réaction... il se mit à rire aussi. Voilà des années qu'il ne s’était pas sentit aussi bien. Le jeune fougueux resta quelques jours. Ils parlèrent sans cesse de tout et de rien sans qu’aucun ne connaisse l’autre. Puis un matin, Maldit décida de partir sans prévenir. A son réveil, le vieille homme esquissa un sourire :

Tu reviendras...

En effet, il réapparut trois jours après presque dans le même état que la première fois, la forêt s’étendait plus que d’habitude comme... comme par magie. Quelques jours de repos plus tard, Maldit retrouva presque toutes ses forces. Et c'est alors que s’instaura un lien entre les deux personnes. Au fur et à mesure que le temps passa le vieillard enseigna tout ce qu’il savait de la vie qu’il avait vécu, lui racontant ses voyages, ses combats, sa foi dans un mythe secret. Depuis ce temps, le vieillard enseigna son savoir de combat à Maldit ainsi que les enseignements de base de son mythe. Il voyait en lui le potentiel énorme du garçon même si ressortait beaucoup de colère, c’est ainsi que la relation élève-maître s’était mis en place.

Deux ans plus tard, Maldit faisait ses exercices près de la cabane, son maître était partit quelque part, Maldit ne se faisait pas de soucis, seul son maître savait s’y retrouver dans la forêt, quand il aperçut un homme vêtu d’une cape. Les souvenirs du jeune, lui revenir d’un coup, la forêt, les coups, les loups, tout ! Ses yeux se replissèrent de rage, ils n’étaient plus que noirs. Il fonça sur la victime, une lame à la main. Pourtant arrivée à quelques mètres de la personne, il s’arrêta net. Les yeux horrifiaient, il resta stoïque, plus un geste, comme si le temps s’était arrêté... Le mystérieux personnage s’approcha doucement de Maldit, il tendit son bras vers sa joue, Maldit le repoussa de tout ses forces :


POURQUOI ? C’était vous dans la forêt, pourquoi m’avoir fait subir ça ? POURQUOI ?

La personne enleva sa cape, c’était le maître de Maldit...

Je voulais simplement te tester ! Calme-toi !
NON !

Sur cette dernière parole, Maldit, s’enfuit en courant, le cœur brisé... Il traversa la forêt en courant avant de trébucher sur une branche, en perdant connaissance... A son réveil, il remarqua un nuage de fumée en direction de la cabane. Ne comprenant plus rien, et à contre cœur il fit demi-tour, pour aller voir ce qu'il s'était passé. Arrivant sur place, son cœur se serra, la maison était en flamme et aucune présence de son maître. Il l’appela durant de longues minutes quand il vit une forme au sol qui bougeait au milieu des flammes. Il courut la sortir de là, c’était son maître. Il était dans un état grave :

Za…Zad…Zadnoc ? C’est toi?
Qui est Zadnoc?
Mais c’est toi, voyons, je…argl

La douleur devenait insupportable pour le vieillard.

Maître !
J... Je t’ai nommé comme ça le jour de ta naissance.
C’était toi ? Mon père m’avait raconté qu’une personne avait aidé ma mère à accoucher.
J’ai toujours veillé sur toi Zadnoc.

Les larmes commencèrent à couler des yeux de Maldit, dorénavant Zadnoc, son véritable nom. Il sentait son maître partir...

Za... Zadnoc, je ne te l’ai jamais dit.
De quoi maître ?
Mon nom, je m’appelle Danteas.
Merci... Dis moi Danteas, qui t’a fait ça !
Ton... ton père...
Mon père ?
F... fait très attention à toi, i... il est dangereux.

Et il tomba dans le coma... La pluie commença à tomber, le tonnerre se mit à gronder, les premiers éclairs se montrèrent...

Zadnoc se leva sans une parole, sans une expression. Il marcha, marcha, puis voulant revoir une dernière fois la maison où il ne reviendrait jamais. A sa grande surprise Danteas n’était plus au sol. Zadnoc regarda le ciel, il crut voir deux ailes blanches traversant les nuages... Seulement maintenant, la vengeance avait prit place dans le cœur de Zad, il allait chercher son père pour un dernier combat... Cette fois, il réussit à sortir de la forêt : il lui semblait que le chemin du retour était dessiné ou alors on guidait ses pas...

Il arriva près de son ancienne ferme, il trouva son père debout le dos tourné, une épée ensanglanté dans la main.


Tu vas payer., dit calmement Zad.
Non mon fils, il le fallait, tu dois me rejoindre !
Jamais !

Zadnoc bondit sur son père qui para ses coups les uns après les autres avec une facilité méconnaissable à croire que ce n’était plus le même homme certes violent mais faible. Tout en continuant le combat il le harcela.

Viens avec moi Maldit, je te ferais connaître des endroits que tu n’as jamais vus, je monterais ta puissance à un niveau supérieur.

JE M’APPELLE ZADNOC !
Arrête de croire ce que ce vieux fou t’a dit, TU ES MON FILS TU DOIS ME REVENIR!
JAMAIS !

Zadnoc fit une feinte et planta son épée dans le cœur de son père qui s’écroula sur lui... La vengeance était finie, les forces néfastes en Zad partirent. Laissant un être comme le commun des mortels... faible.

L’orage repartit de plus bel, des éclairs frappaient le sol avec une violence terrible, l’un d’eux frappa le toit, qui le fit écrouler, Zad en dessous, l’assommant net.

Peu après cette tragédie, on aperçut des phénomènes étranges se produire sur la vielle ferme en ruine. Certains gens de la région affirmèrent avoir vu une personne prendre un des corps et s’est... envolée dans le ciel. Personne ne put retrouver l’autre corps qui fut lui aussi porter disparu...


-----

Zadnoc ? Zadnoc ? Réveille-toi.
Hmmm... Où suis-je ? Qui es-tu ? Que s’est-il passé ?
Tu es... tu es dans un endroit spécial.
Pardon ? Dis moi qui es-tu, comment connais-tu mon nom ?
Allons, on ne reconnaît pas son maître maintenant ?
Danteas !! Mais que... quoi... comment ? Je te croyais mort !
Je ne meurs pas si facilement, je t’expliquerais, lève-toi on a du travail.

Zadnoc se releva durement tout en examinant son corps, aucune blessure, rien. Il ne comprenait pas ce qu’il se passait ni où il était. L’endroit était baigné dans une lumière blanche, il était impossible de savoir sur quoi ils marchaient.

Danteas fit parcourir un trajet énorme à Zad, mais il ne sentait pas la fatigue... Arrivé devant une immense porte dont on ne pouvait apercevoir le sommet. Le maître frappa trois coup, la porte s’ouvrit assez lentement, deux... anges se tenaient derrière au grand étonnement de l’élève.


Zadnoc, avant toute chose, sache que le plus dure reste à faire et que tu peux arrêter dès maintenant.
Danteas..., j’irais jusqu’au bout pour te suivre.
Bien, entre alors.

La porte se referma derrière eux. Les deux anges ouvraient la marche, et ils arrivèrent devant une sorte d’immense salle. L’un des anges commença à parler :

Zadnoc, veuillez entrer s’il vous plaît.
Que va–t-il m’arriver ? Que vais-je faire dedans ?
Vous allez passer trois épreuves.
Des épreuves ? Pourquoi faire ?
Zadnoc, dit doucement Danteas, je ne peux rien te dire maintenant mais fais moi confiance.

Après un petit moment de réflexion, Zadnoc entra sans un mot dans la salle, le deuxième ange ferma la porte derrière lui.

Tu crois qu’il est prêt ? demanda le premier ange.
J’en suis convaincu, reste à voir le résultat, il cache une haine sans précédent qui pourrait le pousser à l’irréparable, si ce n’est pas déjà fait...
Pourtant tu as joué sur sa violence...
Oui, mais il faut la laisser sortir avant, avant que cela ne devienne critique...

Zadnoc arriva devant un Oracle, qui lui expliqua le thème des épreuves :
-Le mental
-La force
-La foi

Les deux première épreuves se passèrent très bien grâce à l’enseignement de Danteas. Zadnoc était en route pour la dernière épreuve... Une épreuve qui le mettrait dans une situation dans laquelle seule la foi pourrait le sauver, mais comment être sauvé quand on ne sait pas en qui on doit avoir foi. Zadnoc devait le chercher au fond de son cœur et c’est qu’il fit. Alors qu’il allait tomber dans les ténèbres, deux ailes immenses en plumes s’ouvrit derrière lui, le ramenant à la lumière où l’attendait Danteas ainsi que les Oracles. Seulement les ailes de Zadnoc étaient aussi noire que son âme. Personne ne comprit ce qu’il s’était passé... Comment un ange pouvait-il avoir des ailes noires ? La réponse n’était pas loin et l’Oracle responsable des épreuves l’a révéla :


C’est ainsi car il a cherché au fond de son cœur, et son cœur est un néant, tu le savais très bien Danteas ! Il sera très dur de lui enseigner les paroles de Zeus.
Oui... mais... j...
Il a tué son père Danteas ! Et tu connais plus que nous tous, les circonstances de sa vie !
Je sais...
Alors, pourquoi l’avoir amené ici ?

Danteas regarda approcher Zadnoc qui venait de prendre pied sur une « terre ferme ». Zadnoc adressa un sourire à son maître. Sourire qui annonçait l’espoir.

Simplement parce que ce gamin est de la même trempe que moi !
Image
(°Disciple de Danteas°)
Dragonaute de Zeus
Avatar de l’utilisateur
danteas
Guerrier
Messages : 146
Inscription : mar. mars 28, 2006 9:53 pm

Messagepar danteas » mer. nov. 28, 2007 6:03 am

Il a mon accord 8)
Image
Dragonautes Pour ZEUS Avec Moi!!!
Avatar de l’utilisateur
Camael
Guerrier Mythique
Messages : 3256
Inscription : mer. déc. 27, 2006 6:15 pm
Localisation : Bordeaux

Messagepar Camael » jeu. nov. 29, 2007 10:41 pm

Excellent BG, très bien rédigé.

Il y a juste quelques petites choses à peaufiner avant d'être validé définitivement, ce qui ne saurait tarder ^^

1) Danteas est un vieillard dans ce BG, or c'est un ange actuel plutôt jeune :lol: ce qui serait anachronique si veux participer aux RP actuels. Il faut donc trouver une explication à cela, ou trouver un autre nom pour ton maitre ;)

2) Il faut aller un peu plus loin dans le fait que Zadnoc décide de se mettre au service de Zeus. Ici, on reste sur une épreuve réussie qui fait qu'il est elligible pour être un ange, mais rien ne dit dans ce BG qu'il accepte d'en devenir un, et d'être au service de Zeus et de ses oracles ;)


PS : Les ailes des anges sont une "allégorie" ^^ Les anges sont des humains comme les autres, ils ont le titre d'anges car ils servent Zeus, mais ils n'ont rien à voir avec les anges de la religion chrétienne. Donc les guerriers de Zeus n'ont pas d'ailes dans le dos :lol: :lol:
Image

Camael n'est autre que l'avatar divin de Ménélas ;)
Avatar de l’utilisateur
Asclépias
Héros
Messages : 727
Inscription : mar. oct. 04, 2005 2:59 pm

Messagepar Asclépias » jeu. nov. 29, 2007 11:53 pm

Bienvenue Zadnoc,

J'ai moi aussi lu ton BG et je dois avouer également que tu as fait preuve d'une bonne qualité d'écriture surtout au niveau de la rédaction et de l'expression. Il y a quelques fautes qui concernent principalement les verbes qui sont conjugués alors qu'is ne le devraient pas et vice et versa... ou un particpe passé à la place d'un imparfait... Mais bon, on a vu pire :P

Comme l'a dit Camael, le point le plus important est Danteas. Tu as eu son accord mais il serait bien que tu te concertes avec lui pour connaitre l'histoire de son propre perso pour pouvoir l'imbriquer avec la tienne... et Danteas est loin d'être un vieillard chez nous. Donc je pense qu'il vaudrait mieux que tu changes le nom de ton maitre et voir avec Danteas comment tu peux l'inclure dans l'histoire si tu tiens vraiment à se qu'il en fasse partit.

A très bientôt, Ange de Zeus :wink:
Venez me défier : http://Pochonas.labrute.fr

Image
Réalisée par Vachaldo
Avatar de l’utilisateur
danteas
Guerrier
Messages : 146
Inscription : mar. mars 28, 2006 9:53 pm

Messagepar danteas » ven. nov. 30, 2007 12:34 am

En fait je pensai faire un RP pour mon personnage pour l'approfondir

Dans le style d'un ange recruteur, d'où l'utilisation de subterfuge
comme le fait de me faire vieillir pour dissimuler mon identité...


Cela serait-il valable?
Image
Dragonautes Pour ZEUS Avec Moi!!!
Avatar de l’utilisateur
Zadnoc
Élève
Messages : 4
Inscription : mar. nov. 27, 2007 1:10 am
Localisation : Qui sait?

Messagepar Zadnoc » ven. nov. 30, 2007 12:40 am

Tout d'abord merci de votre attention.

Donc le changement de look de mon "papou" s'impose, ça encore c'est quelques mots, citations à mettre ou à changer.

Ensuite, je vais accentuer la dévotion pour Zeus.

Pour les ailes, soit, mais dans le contexte du BG, il fait une épreuve de foi, ce qui pourrait donc montrer une sorte de "reflet de l'âme" les ailes noires ne seraient au final qu'une illusion? Une fois l'épreuve fini Zadnoc redeviendrait un simple d'humain de chair et d'os. Là encore, je pourrais rajouter quelques trucs par ci par là pour bien l'introduire dans l'histoire.

Bref, une nouvelle étude sera faite, je post mon nouveau BG dans les plus bref délai.

EDIT: Prendre la remarque de danteas en prioritaire :)
Image
(°Disciple de Danteas°)
Dragonaute de Zeus
Avatar de l’utilisateur
Camael
Guerrier Mythique
Messages : 3256
Inscription : mer. déc. 27, 2006 6:15 pm
Localisation : Bordeaux

Messagepar Camael » ven. nov. 30, 2007 8:32 am

> Dant : l'idée de se vieillir est bonne, mais il y a un truc qui coince quand même. Le vieillard est présent à la naissance de Zadnoc ! Donc ca sous-entendrait que Danteas a passé au minimum 16 ans dans le coin juste pour recruter Zadnoc :wink: (pas étonnant qu'il soit vraiment un vieillard à la fin :lol: :lol: )
Déjà le simple fait que Danteas reste avec Zadnoc pendant 2 ans avant que celui-ci ne passe les épreuves est bien long pour un recrutement, puisqu'il le prend déjà comme élève en fait :D

Je pense que l'idéal dans ce BG est que le vieillard et Danteas soient 2 personnes différentes. Lorsque Zadnoc se réveille dans l'endroit ou il va passer les épreuves, c'est là qu'il rencontre Danteas. Le vieillard lui est mort, mais c'était son destin car sa mission était de préparer Zadnoc à se présenter devant les anges.
Voilà ma suggestion, mais vous pouvez trouver autre chose bien sur ^^

> Zad : ok pour tes modifications ;)
Image

Camael n'est autre que l'avatar divin de Ménélas ;)
Arokiel
Guerrier Légendaire
Messages : 1605
Inscription : sam. mars 12, 2005 9:27 pm
Localisation : Asnières sur Seine (92)

Messagepar Arokiel » dim. déc. 02, 2007 4:56 pm

Salut à toi Zadnoc !

Je viens également de lire ton BG, et je me suis permis de corriger les fautes de grammaire qu'il restait. ;) C'est un bon BG, ça m'a fait plaisir de le lire. :D J'espère que tu sauras continuer dans cette voie.

Nous n'attendons plus que les modifications que tu as indiqué pour te valider, ainsi que la modification quant à la prise en charge de Danteas. :)

Bon courage. ;)
This posting is provided "AS IS" with no warranties, and confers no rights.
Avatar de l’utilisateur
Zadnoc
Élève
Messages : 4
Inscription : mar. nov. 27, 2007 1:10 am
Localisation : Qui sait?

Messagepar Zadnoc » mar. avr. 22, 2008 3:46 am

Ahem, je reviens ici en ces lieux la mine basse. Les études ne m'ont permit de finir mon BG, et quand ce n'étaient pas ces dernières, c'était des problèmes personnels, empêchant toutes utilisations du woueb. Bref je m'excuse et j'espère que ce BG v2.0 vous fera plaisir.

Bref bref parlons peu parlons bien, voici mon BG avec les modifications prévues. Danteas a fait la grosse part de travail (merci à toi papou ;) ) pour mieux intégrer Zadnoc a l'enseignement de Zeus.

------------------------

Une nuit d’orage qui semblait commune à cette période de l’année et pourtant... Les éclairs étaient d’une rare intensité, faisant tomber arbres et autres faibles bâtisses. Dans l’une d’entre-elles se tenait un couple de pauvres paysans, la femme allait mettre au monde sous peu, sous le regard sévère de son mari. N’ayant pu trouver d’homme médecin par ce temps, c’était un vieillard qui aidait la femme, il parlait peu mais faisait les gestes qui fallait, il paraissait selon la rumeur qu’il s’agirait d’un ancien prêtre au service de Zeus, rien d’étonnant à cela la région entière était dévoué à Zeus, le Dieu des Dieux. Les heures passèrent et le moment de l’ultime effort approcha. Le souffle de la femme s’intensifia de même que la fréquence des éclairs. Ces derniers mirent le feu au vieux chêne devant la maison. Le mari se rua dehors pour l’éteindre ou tenter de dégager l’arbre pour éviter qu’il ne tombe sur la bâtisse.

Les efforts vains, l’homme entendit un son, le son d’un enfant. Il était né, c’était un garçon. Malheureusement, l’accouchement ne permit pas à la mère de survivre. Le vieillard remit le nouveau-né en pleurs dans les bras de son père puis disparut dans les ténèbres de la tempête. Avant même de réaliser le décès de son épouse, un craquement violent se fit entendre suivi d’une secousse, l’arbre venait de s’écrouler sur une partie de la ferme. Bégayant quelques mots, certains revenaient souvent : "Maudit soit-il". L’homme apprendra plus tard que les éclairs ne sont tombés que sur ces terres...

La vie reprit tant bien que mal, le père éduqua son fils du nom Maldit dans la violence et autre règne de terreur, ce qui n’avait que pour effet de renforcer une colère déjà imposante dans l’esprit du garçon, de plus que Maldit voulait dire « Maudit », il se jura de prendre un autre nom quand il pourrait le faire. Les années passèrent, l’enfant grandit tout comme sa force et sa haine. Il avait bâti son corps, meurtri par les coups de son père, à la force d’entraînements personnels dans la forêt qui longeait la ferme toujours à moitié détruite.

Un jour Maldit disparût dans la forêt. Il venait de se perdre, chose étrange puisqu’il s’entraînait tous les jours dedans. Ne voulant pas paniquer, il s’assit près d’un jeune arbre et se mit à réfléchir sur le chemin qu’il avait emprunté jusque là. Cependant il sentait une présence, il sentait qu’on l’observait. En effet une ombre passa et repassa autour de lui.


Qui est là ? Répondez !

Aucune réponse ne se fit entendre. Seulement le bruit de pas qui s’accéléraient, soudain l’ombre se mit à attaquer, ses coups étaient invisibles mais ils avaient de l’effet sur Maldit qui souffrait à chaque volée. Cela dura quelques minutes, le jeune garçon gisait sur un sol couvert de sang. Puis l’ombre disparût laissant place à une meute de loups. Les bêtes s’approchèrent de l’enfant petit à petit. Maldit pensa que son heure était venue, quand il entendit une voix « Utilise ta colère, Maldit, utilise là pour vaincre. ». L’enfant ferma les yeux, et laissa peu à peu la colère l’envahir doucement. Il poussa un hurlement, le premier loup était déjà sur lui. Maldit le transperça de tout son avant bras avec une force surnaturelle. La mort du prédateur de tête fit fuir les autres. Tremblant, Maldit retrouva ses esprits après quelques minutes. Laissant apparaître au loin son père qui hurlait son nom car cela faisait des heures qu’il était porté disparût. Des heures ? Maldit ne s’était perdu que quelques minutes tout au plus... Personne ne crut vraiment l’enfant quand il raconta son histoire, ce qui énerva fortement son père qui le battait chaque fois qu’il évoquait un passage de son épopée.

Six années passèrent après l’incident, Maldit était devenu un homme fort, il aidait son père dans son travail, malheureusement la folie avait rongé la tête de ce dernier. L’homme parlait de mort et tout ce qu’il l’entourait. Des hommes étranges allaient et repartaient de la ferme. Quelques fois le père disparaissait des jours entiers...

Le jeune fils continuait lui son entraînement, seul, par tous les temps. Il avait acquit une force supérieure à bon nombre d’habitants de la région.

Vint un soir d’orage, encore d’une violence rare, remémorant les souvenirs au père, et arriva ce qui devait arriver. L’homme commença à insulter son fils, criant le nom de sa femme morte pour l’enfant. Maldit n’en pouvant plus, provoqua son père. La bagarre n’était pas belle à voir... Maldit s’enfuit...

Il errait dans la forêt, de ses joues coulaient des larmes, ses yeux reflétaient la haine à l’état pur. Il frappait les arbres de toutes ses forces qui étaient décuplées comme lors de l’incident avec les loups. Après plusieurs heures de marches, il tomba sur une clairière, une petite maison en son centre. Il alla passer la nuit à l’intérieur. Il n’y trouva qu’un tas de paille ainsi qu’une sorte de garde manger. Ayant trop sommeil pour manger il s’effondra dans la paille.

Le soleil était déjà haut, la cabane était ouverte, une légère fumée de viande grillée traversait la maison. Maldit se réveilla, il avait des bandages sur tout le corps. Il sortit de la maison avec difficulté, là un vieil homme se tenait près du feu, il se tourna, lui sourit puis lui dit :


Manges, tu en as besoin.

Le jeune homme ne savait pas quoi répondre, il s’écroula près du feu du fait de son manque de force. Le vieillard lui tendit une assiette. Maldit mangea trois assiettes entières, ce qui fit rire le vieil homme.

Voilà un bon garçon, hahaha.

Cela faisait un temps infini que Maldit n’avait pas entendu un rire, cela lui procura une drôle de réaction... il se mit à rire aussi. Voilà des années qu'il ne s’était pas sentit aussi bien. Le jeune fougueux resta quelques jours. Ils parlèrent sans cesse de tout et de rien sans qu’aucun ne connaisse l’autre. Puis un matin, Maldit décida de partir sans prévenir. A son réveil, le vieille homme esquissa un sourire :

Tu reviendras...

En effet, il réapparut trois jours après presque dans le même état que la première fois, la forêt s’étendait plus que d’habitude comme... comme par magie. Quelques jours de repos plus tard, Maldit retrouva presque toutes ses forces. Et c'est alors que s’instaura un lien entre les deux personnes. Au fur et à mesure que le temps passa le vieillard enseigna tout ce qu’il savait de la vie qu’il avait vécu, lui racontant ses voyages, ses combats, sa foi dans un mythe secret, ses croyances. Ces dernières avaient une grande valeur aux yeux du vieillard décrépi, il avait bâti un petit autel, pour chaque jour honorer son Dieu, Zeus.
Depuis ce temps, le vieillard enseigna son savoir de combat à Maldit ainsi que les enseignements de base de son mythe. Il voyait en lui le potentiel énorme du garçon même si ressortait beaucoup de colère, c’est ainsi que la relation élève-maître s’était mis en place.

Deux ans plus tard, Maldit faisait ses exercices près de la cabane, son maître était partit quelque part, Maldit ne se faisait pas de soucis, seul son maître savait s’y retrouver dans la forêt, quand il aperçut un homme vêtu d’une cape. Les souvenirs du jeune, lui revenir d’un coup, la forêt, les coups, les loups, tout ! Ses yeux se replissèrent de rage, ils n’étaient plus que noirs. Il fonça sur la victime, une lame à la main. Pourtant arrivée à quelques mètres de la personne, il s’arrêta net. Les yeux horrifiaient, il resta stoïque, plus un geste, comme si le temps s’était arrêté... Le mystérieux personnage s’approcha doucement de Maldit, il tendit son bras vers sa joue, Maldit le repoussa de tout ses forces :


POURQUOI ? C’était vous dans la forêt, pourquoi m’avoir fait subir ça ? POURQUOI ?

La personne enleva sa cape, c’était le maître de Maldit...

Je devais te tester ! Calme-toi !
NON !

Sur cette dernière parole, Maldit, s’enfuit en courant, le cœur brisé... Il traversa la forêt en courant avant de trébucher sur une branche, en perdant connaissance... A son réveil, il remarqua un nuage de fumée en direction de la cabane. Ne comprenant plus rien, et à contre cœur il fit demi-tour, pour aller voir ce qu'il s'était passé. Arrivant sur place, son cœur se serra, la maison était en flamme, l’autel était ravagé et aucune présence de son maître. Il l’appela durant de longues minutes quand il vit une forme au sol qui bougeait au milieu des flammes. Il courut la sortir de là, c’était son maître. Il était dans un état grave :

Za…Zad…Zadnoc ? C’est toi?
Qui est Zadnoc?
Mais c’est toi, voyons, je…argl

La douleur devenait insupportable pour le vieillard.

Maître !
J... Je t’ai nommé comme ça le jour de ta naissance.
C’était toi ? Mon père m’avait raconté qu’une personne avait aidé ma mère à accoucher.
J’ai toujours veillé sur toi Zadnoc, comme Zeus me l’a ordonné de par ces messages... Te rappelles tu avoir entendu que le jour de ta naissance des orages puissants t’ont accueilli dans ce monde… Ce n’était pas le signe d’un malheur, c’était Zeus qui me prévenait d’un danger…

Les larmes commencèrent à couler des yeux de Maldit, dorénavant Zadnoc, son véritable nom. Il sentait son maître partir...
Za... Zadnoc,.
De quoi maître ?
Ce danger s’est ton père, oui c’est lui le responsable de ce triste spectacle.
Mon père ?
F... fait très attention à toi, i... il est dangereux, il n’aurait jamais du renoncer à Zeus lors de la mort de ta mère… Son cœur est devenu obsidienne, et le mal l’a rongé puis corrompu...

Et il tomba dans le coma... La mort suivant son terrible chemin .La pluie commença à tomber, le tonnerre se mit à gronder, les premiers éclairs se montrèrent...

Zadnoc se leva sans une parole, sans une expression.
La vengeance avait prit place dans le cœur de Zad, il allait chercher son père pour un dernier combat... Cette fois, il réussit à sortir de la forêt : il lui semblait que le chemin du retour était dessiné ou alors on guidait ses pas...

Il arriva près de son ancienne ferme, il trouva son père debout le dos tourné, une épée ensanglanté dans la main.


Tu vas payer., dit calmement Zad.
Non mon fils, il le fallait, tu dois me rejoindre !
Jamais !

Zadnoc bondit sur son père qui para ses coups les uns après les autres avec une facilité méconnaissable à croire que ce n’était plus le même homme certes violent mais faible. Tout en continuant le combat il le harcela.

Viens avec moi Maldit, je te ferais connaître des endroits que tu n’as jamais vus, je monterais la puissance à un niveau supérieur. Oublies ce vieux Fou, oublie Zeus… Moi seul peut t’offrir le pouvoir !

JE M’APPELLE ZADNOC !
Arrête de croire ce que ce décérébré t’a dit, TU ES MON FILS TU DOIS ME REVENIR!
JAMAIS !

Zadnoc fit une feinte et planta son épée dans le cœur de son père qui s’écroula sur lui... La vengeance était finie, les forces néfastes en Zad partirent. Laissant un être comme le commun des mortels... faible.

L’orage repartit de plus bel, des éclairs frappaient le sol avec une violence terrible, l’un d’eux frappa le toit, qui le fit écrouler, Zad en dessous, l’assommant net.

Peu après cette tragédie, on aperçut des phénomènes étranges se produire sur la vielle ferme en ruine. Certains gens de la région affirmèrent avoir vu une personne prendre un des corps et s’est... envolée dans le ciel. Personne ne pu retrouver l’autre corps qui fut lui aussi porter disparu...


-----

Zadnoc ? Zadnoc ? Réveilles-toi.
Hmmm... Où suis-je ? Qui es-tu ? Que s’est-il passé ?
Tu es... tu es dans un endroit spécial.
Pardon ? Dis moi qui es-tu, comment connais-tu mon nom ?
Je suis Danteas, ton maître m’a formé avant de s’occuper de toi, la dernière fois qu’il est venu me trouver à Olympie, il m’avait demander une faveur…
Danteas !! Mais que... quoi... comment ?!
Il avait senti le danger grandir, c’est pourquoi il m’avait demandé de veiller sur toi s’il venait à mourir…

Marquant une pause pour que Zadnoc puisse assimiler les derniers évènements…
Notre maître est mort… Sa blessure lui a été fatale, aucun soin n’aurait pu le sauver… Cependant tu vas devoir vivre avec cela désormais… Lèves-toi nous avons à faire !

Zadnoc se releva durement tout en examinant son corps, aucune blessure, rien. Il ne comprenait pas ce qu’il se passait ni où il était. L’endroit était baigné dans une lumière blanche, il était impossible de savoir sur quoi ils marchaient. (La densité de cosmos du temple amplifiait la sensibilité de Zadnoc vis-à-vis de son environnement).

Danteas fit parcourir un trajet énorme à Zad, mais il ne sentait pas la fatigue... Arrivé devant une immense porte. L’ange frappa trois coups, la porte s’ouvrit assez lentement, deux... gardes se tenaient derrière au grand étonnement du nouvel arrivant.


Zadnoc, avant toute chose, sache que le plus dure reste à faire et que tu peux arrêter dès maintenant.
Danteas..., j’irais jusqu’au bout, je dois honorer mon maître.
*Enfin, je crois…*
Bien, entre alors.

La porte se referma derrière eux. Les deux gardes angéliques ouvraient la marche, et ils arrivèrent devant une sorte d’immense salle. L’un des anges commença à parler :

Zadnoc, veuillez entrer s’il vous plaît.
Que va–t-il m’arriver ? Que vais-je faire dedans ?
Vous allez passer trois épreuves.
Des épreuves ? Pourquoi faire ?
Zadnoc, dit doucement Danteas, je ne peux rien te dire maintenant mais fais moi confiance.

Après un petit moment de réflexion, Zadnoc entra sans un mot dans la salle, le deuxième ange ferma la porte derrière lui, une fois le groupe passé.

Tu crois qu’il est prêt ? demanda le premier ange à Danteas.
J’en suis convaincu, reste à voir le résultat, il cache une haine sans précédent qui pourrait le pousser à l’irréparable, si ce n’est pas déjà fait...
Pourtant, il ne connaît que la violence...
Oui, mais il faut la laisser sortir avant, avant que cela ne devienne critique... J’ai appris cela auprès de mon défunt maître, lui qui m’a appris à déterminer le potentiel d’un cosmos.

Zadnoc arriva devant un Oracle, qui lui expliqua le thème des épreuves :
-Le mental
-La force
-La foi

Les deux premières épreuves se passèrent très bien grâce à l’enseignement du vieux maître. Zadnoc était en route pour la dernière épreuve... Une épreuve qui le mettrait dans une situation dans laquelle seule la foi pourrait le sauver, mais comment être sauvé quand on ne sait pas en qui on doit avoir foi. Toutes ces vérités, toutes ces évènements, toutes ces épreuves ayant ébranlé sa foi la plus forte en Zeus.

Zadnoc devait la chercher au fond de son cœur et c’est qu’il fit. Alors qu’il allait tomber dans les ténèbres, deux ailes immenses en plumes s’ouvrirent derrière lui, le ramenant à la lumière où l’attendait Danteas ainsi que les Oracles. Son Cosmos venait de jaillir, dessinant les ailes d’un ange déchu, cependant un espoir était permis car au milieu d’elles une plume blanche demeurait, empêchant jusque là Zadnoc d’embrasser quelques obscures chemins...

En effet les ailes de Zadnoc étaient aussi noires que son âme. L’oracle prit alors la parole:


C’est ainsi car il a cherché au fond de son cœur, et son cœur est un néant, tu le savais très bien Danteas ! Il sera très dur de lui enseigner les paroles de Zeus. Il est même un danger potentiel pour ses frères de foi, nous les anges
Oui... mais... j...
Il a tué son père Danteas ! Et tu connais plus que nous tous, les circonstances de sa vie !
Je sais...
Alors, pourquoi l’avoir amené ici ?

Danteas regarda Zadnoc et lui adressa un sourire.

Parce que ce gamin est sûrement un élu !

Marquant une pause et penchant sa tête en signe de respect…

Je m’engage à veiller sur lui! Oui je le parrainerai, je lui réapprendrai nos valeurs, je lui réapprendrai à se battre, je lui réapprendrai tout simplement à vivre et aimer la vie que Zeus nous a offert !
Image
(°Disciple de Danteas°)
Dragonaute de Zeus
Arokiel
Guerrier Légendaire
Messages : 1605
Inscription : sam. mars 12, 2005 9:27 pm
Localisation : Asnières sur Seine (92)

Messagepar Arokiel » mar. avr. 22, 2008 11:46 pm

Je n'ai rien à redire sur ta nouvelle version du BG, et je me permets de te dire que je suis ravi de te voir à nouveau postuler. ;)

J'espère que cela ira mieux à partir de maintenant. ^^
Quoiqu'il en soit, tu peux dès à présent t"inscrire sur notre forum privé : http://zeus-forum.forumactif.com
Une fois que tu seras inscrit tu auras des premiers accès te permettant de recopier ton BG dans la section prévue à cet effet. Ceci fait, tu auras accès au forum entier. :)
A ce moment, je te conseille de lire ce topic en premier pour t'y retrouver un peu :
http://zeus-forum.forumactif.com/news-f ... 7.htm#1231

Bienvenue chez les anges et à bientôt là bas ! :D
This posting is provided "AS IS" with no warranties, and confers no rights.

Revenir à « Les Anges de Zeus »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités