Sabazios

Présentation du Roi de l'Olympe et de ses Anges.

Modérateurs : Maîtres de jeu, Oracles de Zeus

Magoa
Élève
Messages : 33
Inscription : ven. juin 18, 2010 7:59 pm

Sabazios

Messagepar Magoa » jeu. mars 17, 2011 10:24 am

Prochainement présentation de Sabazios, par lui même :wink:
"La liberté se gagne"
Sabazios
Guerrier
Messages : 125
Inscription : jeu. mars 17, 2011 10:13 am

Messagepar Sabazios » ven. mars 18, 2011 11:18 am

Présentation générale
Sabazios est doté d'une force hors du commun, et sa stature avoisine les deux mètres. Son impressionnante carrure, son tatouage en forme de dragon, sa chevelure hirsute blonde et ces yeux clair (bleu-vert) l'ont fait parfois passer pour un barbare des terres plus au nord. C'est également un excellent guerrier, maniant ses sabres Guenhwyvar et Aegis-Fang, de main de maître. Il a été entraîné au maniement des armes par son père et Magoa, sa bien aimée. Malgré sa fierté excessive qui refait parfois surface, Sabazios est un homme bon, sage, et surtout très courageux. Mourir au combat en protégeant ceux qu'il aime ne l'effraie pas le moins du monde.


Histoire
Jeunesse (0-16 ans) :
Sabazios est née dans les terres du nord de la Thrace, dans les plaines glacées, c'est aussi de là que viennent les tribus barbares et qu'elles vivent. Sabazios est le fils de Thessal un forgelame de grand renom, sa mère est morte en couche, et son père l'emmena avec lui dans la capitale de la confédération de la dizaine de villes et villages de la région.

Enfant vif et espiègle, c’est sous la tutelle de son père, un homme bourru, qui ne supporte pas être contredit et qui est peu amicale au premier abord, qu’il est devenu un honorable guerrier, son père se révélant être un furieux adversaire, maniant le marteau de guerre, au combat.
Les principes de Thessal étaient fondés sur l'honneur et le courage, et le mépris de toute faiblesse. Il lui apprit également à forger armes et armures, se découvrant un talent en la matière. Cette activité contribua à développer sa musculature, faisant de lui un colosse aussi fort qu'une montagne.

Un nouveau forgelame (17-23 ans):
En ce nouveau printemps, il entrait dans sa dix-septième année et dans l’âge adulte.

Sabazios déambulait mélancoliquement à travers les rues. Le jeune homme habituellement austère et sombre était d'humeur un peu frivole en ce jour, le beau temps et les récents événements survenus dans la cité n'y étaient pas étrangers.

Sabazios était devenu un forgelame comme son père, un métier alliant la compétence de forger armes et armures et la capacité de les utiliser, ce qui en faisait un gardien des traditions et un protecteur pour les gens de son peuple.
Et justement, plusieurs personnes avaient besoin de la protection qu'il pouvait leur apporter. Les ennemis pullulaient, et pire, une grande agitation secouait la cité, des rassemblements de barbares, menaçaient de détruire la région.

Cependant cette journée là lui paraissait sans problème, surtout avec ce soleil printanier et cette douce brise soufflant du nord. Mais sa bonne humeur lui venait surtout du fait que son père avait promis au forgelame de l'emmener avec lui dans la montagne ou il s’était réfugier pour y forger l’œuvre de sa vie. Deux lames de guerre, qu’il lui fera don en cette journée chargée de symboles.
En effet dans les traditions, on raconte que chaque forgeron de talent fait dans sa vie une œuvre unique, qui est la quintessence de son art et il ne saurait jamais faire un objet plus beau ou plus puissant.....

Guenhwyvar et Aegis-Fang :
Après avoir forgé et enchanté ces deux lames lors de la nuit du solstice d'été, Thessal ne toucha plus jamais à une enclume de sa vie. Guenhwyvar et Aegis-Fang a été forgée dans un bloc de mithral d'une pureté et d'une dureté extrême, héritage venu du père de Thessal qui, lui, n'eut jamais l'occasion de réaliser sa grande œuvre. Des runes de pouvoir parcourent le mithral des lames et sont dissimulées par un symbole élaboré. Elles sont aussi entièrement recouvert d'une fine poussière de diamant magique. Ces lames ont été fait spécialement pour Sabazios et leurs propriétés ne se dévoilent qu'uniquement si elles sont maniées par lui. Sabazios peut également les appeler s'il se trouve à proximité (moins de dix mètres) dans le cas où elles seraient tombées pendant un affrontement par exemple, elles se matérialisent alors dans ses mains.



...De retour de la montagne avec son père et équipé du précieux présent, Sabazios priait pour que la région redevienne calme comme autrefois, même si plus que tout autre dans la cité, il était celui qui avait le plus à y perdre. Il était forgelame, l'incarnation de tout ce que cela représentait d'être un combattant, bien qu'en cette époque trouble, la définition n'en soit plus très claire. C'était un âge de changement et de grandes décisions. C'était un âge où les humains n’osaient plus s'aventurer sur les routes sinueuses sans escorte. Mais maintenant, à cause de ce rassemblement de barbares, il y avait de nombreuses disputes concernant ce que cela voulait dire, et, plus important encore, quelles relations devaient entretenir la cité avec les autres villages et villes avoisinantes.

L’attaque barbare :
Trois ans c’était écoulé, quand la grande chef de guerre barbare avait décidé d'unir les tribus pour attaquer la capitale voisine. Convaincue de la perfidie et de la lâcheté des habitants urbains.

La résistance farouche qu'opposèrent les guerriers et défenseurs de la capitale prirent les barbares par surprise. Alors que la grande chef de guerre perdait son combat singulier contre Sabazios et ses deux lames, Thessal, son père, malgré un coup formidable reçu sur le crâne, parvint à vaincre la guerrière qui s’opposait à lui, mais lui laissa la vie sauve.

…..Quand la fumée se dissipa, les hordes barbares étaient dispersées …..

Thessal prit la barbare comme esclave, il avait vu un éclat particulier dans les yeux de la jeune guerrière. Convaincu qu'elle valait mieux que ses congénères, il avait décidé de s'occuper d’elle pour qu'elle expie les crimes de son peuple envers les habitants de la grande cité, le puissant forgelame la mis à son service pour une durée de trois ans. Très vite elle devint comme sa fille adoptive.

Magoa :
"Joyeuse matinée, Sabazios,... " lança la voix qui n'était nulle autre que la ravissante Magoa. La jeune fille se tenait sur un balcon dominant un grand jardin par delà l'avenue.
Sabazios s'arrêta à mi-enjambée. "Je vous souhaite le plus joyeux des matins, jolie barbare" répondit le forgelame. "Comme je voudrais avoir des fleurs pour rendre hommage à votre beauté plutôt que ces lames faites pour guerre."
"Des lames aussi belles que toutes les fleurs que j'ai vues,..." répondit Magoa sur un ton railleur, "surtout lorsqu'elles sont maniées à l'aube par Sabazios, près du lac."
Une bouffée de chaleur monta au visage de sabazios. Il se doutait bien que quelqu'un l'avait épié au moment de son rituel matinal, une danse avec ses magnifiques épées, exécutée dans une totale nudité, maintenant il en avait la confirmation. "Peut-être Magoa devrait-elle se joindre à moi à l'aube demain,..." répondit-il retrouvant son souffle et sa dignité.
La jeune femme rit de bon coeur et sortit de la maison, équipée d’une lame dans chaque main.
Durant les trois années qu’elle accomplit au service de Thessal, Sabazios l'aida à briser ses liens avec son héritage barbare et fit naître la compassion et l'amour qui étaient en elle. Le lien entre eux continua à grandir pendant qu'elle l’entrainait au maniement de l’épée, elle le forma surtout à l'art de l'esquive, de la concentration et de la patience. Elle avait remarqué aussi la légère aura qui nimbait Sabazios lorsque celui-ci exécutait son rituel, elle le poussa à développer cette énergie en lui expliquant qu'il s'agissait de son cosmos (ils comprirent tout deux comment il avait pu vaincre la grande chef de guerre).

Ainsi durant presque trois ans sous la tutelle de Magoa, Sabazios apprit à exploser son cosmos, il en vain à utiliser ses lames jumelles d'une façon remarquable, celles-ci lui "obéissant" parfaitement lorsque son cosmos grandissait. Il se rappelait l'étrange pouvoir du cadeau de Thessal durant le combat contre les barbares, alors que Sabazios était à bout de force, ses lames terriblement lourdes, une énergie envahie le guerrier (peut-être celle du désespoir), dans une ultime envie de vaincre il lança une terrible attaque contre son adversaire... Les lames semblaientt se mouvoir toute seule, nimbé d'une lumière qui faisait scintiller la fine poussière de diamant magique dont elles sont recouverte... Elles touchèrent la guerrière, découpant son armure et la laissant à demi morte dans un bain de sang, le coup de grâce n'était qu'une formalité. Cette lumière il le comprenait maintenant était son propre cosmos.
Guenhwyvar et Aegis-Fang était certainement "magiques", mais sans le cosmos de Sabazios elles devenaient des armes "maudites" qui s'alourdissaient de seconde en seconde...
En quelque sorte, elle n'obéissaient plus et se rebellaient contre son possesseur. Thessal avait réussit là un prodige, seul le cosmos de Sabazios pouvait donner vie à Guenhwyvar et Aegis-Fang (Magoa n'avait jamais réussit a s'en servir même en augmentant son cosmos).

Séduit par la flamme qui brûle en elle, et bien qu'il ne partage pas sa conception du monde, elle devint sa maîtresse et le reste jusqu'à ce jour, même si leurs chemins se séparent trois ans plus tard quand Magoa retrouve sa liberté, perdue après l’avortement de l’attaque barbare. Et que lui, poussé par sa soif d'aventures, allait courir les routes quelques temps, vendant ses talents de forgeron.

Escapade Glacée et réveil Olympien :
"Chaque pas me coûte désormais…………je ne parviens à rester debout qu’au prix d’un suprême effort de volonté… …La volonté, elle seule m’avait permis de survivre dans les Landes Glacées… La moindre déconcentration peut m’être fatale… Je pare un coup maladroit et riposte sans même réfléchir… J’ai les articulations gelées mais mes réflexes ne sont pas encore tétanisés… En quelques secondes ma victime a déjà été ensevelie et il n’en reste aucune trace… Qui sait si je ne vais pas être enfoui moi même ? … la fin m’a rarement parue si proche… Je me suis vu tant de fois mourir… Serais-ce enfin pour aujourd’hui ?... … Aucune chance, se laisser aller ce n’est pas mon genre… Rester vigilant… …L’obstination de ces créatures était stupéfiante, elles m’ont poursuivies des jours durant mais même le plus obstiné des traqueurs aurait renoncé en pareille circonstances et serais allé se mettre à l’abri, je ne vois pas à un mètre... … Le froid, la fatigue, je trébuche… …C’est la fin, jamais je ne me relèverais, je ne peux même plus remuer la tête, je vais dormir un instant, juste quelques minutes………
………… cette voix…………Magoa ? …………………………… … Un liquide brûlant dans ma gorge…… des murmures… Zeus c’est toi ? M’as tu appelé à tes côtés? "


"Mon bel imbécile, te voilà chez les tiens………"

… A mon réveil, les Landes Glacées avaient disparues… … Magoa !!... Elle m’avait sauvé et déposé aux portes d’Olympie …

Revenir à « Les Anges de Zeus »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité