Themistocle

Présentation des forces rebelles qui regroupent l'ensemble des renégats.

Modérateur : Maîtres de jeu

Avatar de l’utilisateur
Sabazios
Guerrier
Messages : 125
Inscription : jeu. mars 17, 2011 10:13 am

Themistocle

Messagepar Sabazios » mar. août 21, 2012 11:19 am

reprise du perso le 21/08/2012.
Pour cette occasion, voici une petite explication du pourquoi du comment de l'absence de Themistocle... Enfin il me semble que c'est bien ça, j'ai un doute... :lol:
___________________________________________________________________________________________________________________________________




Image Comment connaître le passé d'un mythomane convaincu ? Enfin... Peut-on le taxer de mythomanie, sincèrement ? Son "problème", sa "maladie" va beaucoup plus loin que cela. Peut-on même être sûr du nom qui est réellement le sien ? La plupart du temps, il se présente en tant que Thémistocle, ce qui laisse présager que c'est avec ce prénom qu'il a grandi. Mais il donne volontiers d'autres noms encore... Oh, pas une panoplie infinie, non. Souvent Sorcier de l’Ombre, d'autres fois le Spectre Carmin, Fènghuáng est également utilisé. Et ces noms ne viennent pas du néant, mais sont plutôt des vestiges du passé de cet homme. Alors, par où commencer ? Comment narrer cette histoire décousue alors que même lui, sans doute, ignore quelle est la vérité dans son esprit ravagé ? Voilà ici une tâche délicate à laquelle seul un observateur extérieur pourrait tenter de s'atteler. Et pour se faire, la seule solution serait de se baser sur les récits déblatérés par Thémistocle, en faire le tri et n'user que de ceux qui se recoupent le plus souvent. La biographie qui en découlerait ne pourrait qu'être maigre, floue et décousue. Mais au final, ce serait mieux que rien n'est-il pas ?

Cette période est sans doute la plus difficile à raconter, tant de multiples versions s'opposent. À l'en croire, il a fait plusieurs fois le tour du monde, vécu dans bien des castes sociales différentes, croisé tant de personnalités différentes... De mon avis, il est bien plus probable qu'il ait connu la misère et qu'il ait dû se servir à de nombreuses reprises de ses poings pour se nourrir. Une époque trouble dans tous les cas, où tout ce dont on est certain c'est qu'il ne vivait plus en Grèce sans quoi l'on aurait sans doute entendu parler de lui. Et puis, lorsque l'on porte une telle aura, il est plutôt difficile de passer inaperçu. Alors, grand voyageur ou simple mendiant ? La deuxième thèse semble la plus probable, mais qui saurait le dire ? Et puis, les deux ne sont pas incompatibles malgré tout. Que pourrait-on donc raconter sur cette époque particulièrement trouble ? Peut-être évoquer l'un des contes les plus particuliers qu'il puisse faire de cette période...

En effet, Thémistocle prétend avoir trouvé la Citadelle perdue du Voile des Ombres.
Voici le récit de se conte :

A cette époque…
Si vous aviez la chance ou la malchance de tomber sur notre homme, dites-vous bien que dès lors que son regard aurait croisé le vôtre, vous seriez susceptible de devenir sa toute nouvelle proie. Ainsi fonctionne notre homme. Il est clair que Thémistocle n’est pas du genre gros bras et petite cervelle. Sa musculature, bien qu’idéalement développée pour un combattant tel qu’il l’est, n’impose pas le respect auprès des autres. Il ne lui suffit pas de montrer ses muscles pour que sa victime finisse à genoux, lui baisant les pieds en le suppliant de l’épargner. Nous sommes bien loin de cela et à vrai dire, ce n’est pas plus mal. Il a toujours préféré que ses proies lui résistent un peu. Reprenons, bien que puissant physiquement, il ne surpasse pas dans ce domaine celle des colosses que l’on peut croiser habituellement.
Jouant tant sur son endurance, son agilité, sa rapidité que sa force physique, l'entraînement qu'il a reçut lui a permis de devenir un guerrier complet dans tous les domaines. Précision dans ses mouvements, vitesse d’exécution, aucune pitié envers ses adversaires. C’est ce à quoi il est entraîné en tant que spectre et qu’il met en pratique le restant de ses jours.

Thémistocle, devenus entre temps rebelle aux spectres, se révèle être un excellent chasseur. Capable de traquer ses proies humaines sans relâche, jouant avec elles par moment, s’offrant le luxe de leur laisser de l’avance, pour mieux leur tomber dessus ensuite. Il n’y a rien de plus excitant que de sentir l’angoisse, la peur saisissant la proie, voir le désespoir dans son regard lorsqu’elle se retrouve seule, exténuée, sentant sa fin approchée. Vient alors le moment de lui asséner le coup de grâce, un moment si jouissif ! Mourir au combat est pour lui le plus grand des honneurs, mais il faut reconnaître qu’ôter la vie d’êtres humains est bien plus satisfaisant. Que ce soit pour un roi Vandale ou la mort elle même, tuer est sa vocation, ce pourquoi il est né. Et il est bien déterminé à en profiter un maximum, tant que la mort ne l’affligera pas de son repos éternel, il continuera à lui offrir des âmes par dizaines.

Hors une nuit…
Le rebelle, jette nerveusement son arme recouverte de sang à terre, exténué, il se laisse à son tour tombé sur la terre poussiéreuse. Ses hommes le regardent, ne sachant pas exactement comment réagir. La plupart aimeraient s’asseoir également, mais ils n’osent pas prendre l’initiative, trop soucieux de ce qui pourrait leur arriver si leur chef ne l’acceptait pas. Ils se contentent donc de l’observer, d’abord se mettre à l’aise en retirant ses protections, son casque. Il peut bien profiter d’un moment de répit après la lutte qu’ils viennent d’offrir aux spectres.

Mais que faire quand le destin s’acharne sur vous ?

C’est environ quelques heures après… C’est à ce moment-là que son sort bascula.
Brusquement, comme sorti de nulle part. Des soldats ennemis, en plus grand nombre encore, tentaient de lancer l’assaut sur le village dans lequel la troupe avait fait halte. L’assaut fut donné avec une rapidité déconcertante et tandis que le garde donnait l’alerte, ils déboulèrent. N’hésitant pas un seul instant, Thémistocle sortais son épée, attendant l’instant où les premiers soldats arriveraient à sa hauteur. L’idée ? En égorger quelques-uns, réduire le nombre d’assaillants avant de périr. Le résultat ? Un fiasco complet… Le premier soldat vint le provoquer en duel, duel qu’il gagnait sans trop de difficultés. C’est le coup de bouclier qui suivi qui le mit hors d’état de nuire, laissant le passage libre aux assaillants.
Ses frères d’armes, prévenus du problème, tachèrent de répliquer au mieux, sans trop de succès. Débuta alors un combat pour la survie, plus que jamais, les coups pleuvaient violemment, avec pour unique but de tuer. La raison d’un tel bordel ? Les spectres défendaient leur territoire. À son réveil, il tâchait d’essuyer le sang coulant de son nez, avant de se jeter férocement dans la bataille. La rage au ventre, une soif de sang inépuisable, sa lame transperça bon nombre de corps ennemis cette nuit-là. En parlant d’eux, ces derniers étaient… violents, sans pitié, d’une cruauté et férocité égalant sans mal celle de ses camarades. En plus grand nombre, il ne pus qu’assister au massacre de ses compagnons. Tombant un à un, une plaie béante au corps, une expression du visage commune à tous, l’incompréhension. Aucun d’entre eux ne parvenait à déterminer la source de ce merdier. Pas même lui, unique guerrier encore debout après 15 minutes d’affrontement. La nuit se rafraîchissait, ses forces l’abandonnaient, mais sa détermination et sa soif de vengeance croissaient encore et toujours, sans limite aucune.

Une détermination hors norme, pour une violence et une soif de vengeance inouïe. Jamais il n’aurait imaginé, même avec sa formation, atteindre un tel stade durant un affrontement. Tout simplement car il n’avait encore jamais été envahi par ce sentiment auparavant. L’impression d’être perdu, que son histoire se termine ainsi, sous les coups de dix hommes déboulant d’on ne sait où. Franchement, il y avait de quoi avoir la rage. Et cette rage, qu’il pensait être à l’origine du décuplement de ses forces, ne fut que l’élément déclencheur de ce qui allait être, un tout nouveau départ.
Sans arme, le regard massacrant un à un ses assaillants, une espèce d’énergie étrange commença à s’expulser de toutes les parcelles de son corps. Une aura couleur carmin, une aura meurtrière, effrayante, qui s’installa à plusieurs mètres tout autour de lui, déstabilisant ses adversaires. Eux qui n’en croyaient pas leurs yeux, eux qui pensaient alors avoir à faire à un monstre, se lancèrent des regards apeurés, ne sachant que faire.

Comment réagir ? Il allait apporter la réponse à leur question. Cette nouvelle énergie le transcendait, le rassurait quant à l’issue du combat. Tendant le bras droit à l’horizontal, l’index pointant ses proies, il adressait quelques mots à ces opposants.


- Je ne sais pas ce qu’il m’arrive, mais j’adore cette toute nouvelle sensation de puissance !
Éclatant d’un rire qui n’eu pour effet qu’apeurer un peu plus les autres, Il poursuivait, un sourire amusé au coin des lèvres.
- Je ne cherche plus à savoir qui vous êtes désormais, seule mon envie de briser chacun des os de votre corps m’intéresse à présent.

Ces paroles n’eurent en revanche pas l’effet escompté. Qui aurait imaginé que ces idiots trouveraient en eux le courage nécessaire pour se jeter sur lui ?
Il aurait été bien plus amusant de les traquer un à un, de les tuer lentement, afin qu’ils souffrent tous un maximum. Malheureusement, la situation fut toute autre et c’est dans la précipitation qu’il éliminait ses ennemis, par des attaques précises et rapides, bien plus qu’elles ne l’auraient été dans son état normal. Ce sentiment d’invulnérabilité, quel pied ! Et pourtant, cette drogue ne dura pas, s’estompant aussi brutalement qu’elle était apparue, le contre coup fut assez violent. Il tombait à terre, à bout de souffle, suant à grosses gouttes, avec la désagréable sensation d’avoir été vidé de ses forces. Et si physiquement, il était au bord de l'extinction, mentalement, c'était l’anarchie. Les questions fusèrent par dizaines dans sa tête, toutes sans aucun élément de réponse pour apaiser ce supplice psychologique qu’il s'affligeait lui-même. Une migraine épouvantable ne tarda pas à se manifester, tandis qu’il restait dans la même position, dix, quinze, vingt longues minutes peut-être !

- Je crois que je suis en train de rêver… mais qu’est-ce qui m’arrive…


La nuit tombe alors qu’il approche du carnage. Inhalant profondément, il se délecta de l'odeur de la mort. La bonne partie de son travail !
Sa quête le menait à souvent observer les champs de bataille et assister aux différentes guerres humaines qui secouaient les pays. Les cosmo-énergie, il les flaire de loin et peut même s'avérer capable de percevoir les plus affaiblis.
Image"Le Sorcier de l'Ombre" appelé comme ça à cause de son apparence bizarre. Ayant la substance d'une ombre, il a un corps décharné, avec des membres minces, et un pas léger. Le sorcier s'habille avec plusieurs épaisseurs de fines robes rouges. L'ensemble inclue une volumineuse capuche et un large ourlet qui traîne derrière lui comme de la fumée dans le vent même s'il reste sur place. Quand il s'assoit, ses robes semblent se déposer comme une mare de sang.
Personne n'a jamais vu le visage du Sorcier de l'Ombre. La plupart du temps, la grande capuche cache son visage ou lui fait suffisamment de l'ombre pour ne pas distinguer grand chose. En jetant délibérément un coup d'œil, on remarque un masque d'ivoire et deux minces incisions pour ses yeux aux couleurs changeantes. Le masque ne possède aucune autre ouverture.
Le Sorcier de l'Ombre parle avec une voix soyeuse et sur un ton qui ne varie pas, ni haut, ni bas ou ni tranquille, ni tapageur. En fait, la plupart remarquait que son expression orale manquait de variation. Néanmoins, le Sorcier de l'Ombre est connu pour être un orateur tranquille. Sa voix semble compréhensible presque dans toute condition même s'il y a un bruit de fond. Quand il s'adresse à une foule, tout l'auditoire entend sa voix distinctement, dans leur propre langue et de la même façon. Il semblerait que le sorcier parle avec l'aide d'un sort adapté.


- Peu importe le temps, aucun d'eux ne se relèvera, tu sais ? Toi tu le peux par contre, alors ne reste pas ainsi prostré...
Je sais ce qu'il t'arrive. Je sais ce que tu ressens. Et je sais que faire pour t'aider... La question qui demeure, c'est de savoir si tu accepteras la main que je te tends... La demeure et la famille que je te propose...

Une apparition aussi flippante, jamais Thémistocle n’avais jamais eu l’occasion d’en voir une jusqu’à aujourd’hui. Il semblerait bien que la fatigue soit en train de lui jouer des tours, voilà que maintenant la Mort venait à lui, dans le but de le ramener avec elle.
Et il y a également cette sensation bizarre… Son âme semble comme attirée par ce gars. Et pourquoi tout son corps semble vouloir répondre positivement à son offre ? Est-cela son destin ? Survivre à cette nuit épouvantable, revivre sous un être nouveau…
Tombant de fatigue et manquant de mourir lors d'une mauvaise embuscade, c'est dans une cité étrange qu'il se réveilla.





… Il sortit de la petite demeure dans laquelle il reposait, puis s'approcha d'une tour à l'écart. Thémistocle se sentait comme attiré par cette construction, s'en approchant alors sans détour. S'ensuit une rencontre et une longue discussion avec le maître de cette tour. Cela, je ne saurais vous la conter avec autant d'emphase qu'il peut le faire, aussi m'en abstiendrais-je. Toujours est-il que les deux protagonistes se lièrent d'amitié, et que Fènghuáng -manifestement le nom de cet homme d'après Thémistocle- reconnaissant le potentiel en son interlocuteur lui proposa de rester quelques temps avec eux afin de recevoir son enseignement. Aider une âme perdue, en faire un des leurs et lui apprendre les dons qui étaient habituellement réservés aux natifs de cette région de l’Asie, quelque part au Nord-est de le Thrace.
Comme la plupart des sorciers, Fènghuáng commença sa carrière en portant la Robe Rouge de la Neutralité, mais rapidement après il changea pour la Noir à la recherche de plus de pouvoir. Les gens reconnurent Fènghuáng comme le plus grand magicien qui ait jamais existé et aussi le plus maléfique. Néanmoins, son ambition ultime est en dehors du monde. En effet Fènghuáng espérait voyager dans le plan des dieux pour leur dire deux trois mots …
Après avoir massacré deux armées entières pour ses recherches, il commençait à être vieux. Cette pensée le tourmentait et pour préserver sa puissance, il envoya son esprit dans un autre plan. Il devint une liche, cherchant le corps d'un humain qui pourrait achever son rêve.
Ce fut le cas quand il rencontra Thémistocle. L'ambitieux rebelle échangea une partie de lui même contre des traces de puissance de Fènghuáng. En retour, Fènghuáng développa sa puissance magique et l'aida à des moments inattendus.
S'il voulait arriver à ses fins, Fènghuáng devait trouver et utiliser un portail magique entre les plans. Et ce portail était le spectre, éveillé au huitième sens, devenu rebelle…Thémistocle !...
Le chemin vers le neuvième sens serait bientôt ouvert......

- Bienvenue dans mon antre. Tu me sembles tout à fait prêt à être cueillis petit fruit.

L’homme perché en haut de sa bibliothèque sauta d’un bond, se rapprochant d’un pas confiant. Le natif d’Athènes, surpris, trébucha puis se releva aussitôt pour lui faire face, incertain. L’homme devant lui s’arrêta à quelques mètres, penchant son visage masqué de côté comme pour mieux l’étudier de ce sourire figé.

- Je me nomme Thémistocle et qui es-tu ?
- Aucune importance petit fruit.

L’homme dégaina un long sabre de son dos tandis que son cou reprenait un angle normal. Thémistocle sentit ses muscles se tendre prêt à l’assaut mais ne démordit pas de sa question pour autant.

- J’aimerais quand même savoir qui vous êtes avant d’avoir à vous affronter. Car nous allons nous affronter n’est-ce pas ?
- Il aime énoncer des choses évidentes le petit fruit. Soit, je vais accéder à ta demande. Je me nomme Fistandantiius et je suis le sorcier de cette tour, c’est moi qui t’ai téléporté dans ce lieu. Comme j’aie dû vaincre mon prédécesseur, tu devras me vaincre et ainsi fusionner avec mon esprit. Autant te le dire tout de suite, ça signifie la mort pour moi, ne t’attends pas à ce que j’y aille doucement.

Fènghuáng pointa le doigt vers Thémistocle, projetant un rayon de lumière couleur carmin vers ce dernier. Trop surpris pour réagir correctement, il ne put que limiter les dégâts en se déplaçant d’un saut. Le trait de cosmos, plutôt que traverser son cœur vint frapper son flanc gauche pour ressortir dans le bas de son dos. Sous la douleur, Thémistocle tomba à genoux, incapable de tenir sur ses jambes. Le sorcier dégageait une aura sinistre et un sourire sadique se dessinait derrière celui de son masque.

- Un point pour moi hé, hé.

Il continua de suite son assaut sautant dans les airs pour frapper de ces jambes avec force. Cette fois-ci, Thémistocle su éviter en roulant au sol avant de se relever le souffle court. La blessure lui faisait un mal de chien, beaucoup plus qu’elle n’aurait dû. Mais le temps de cette pensée et il devait déjà éviter une nouvelle attaque. Fènghuáng semblait avoir abandonné temporairement les rayons d’énergie pour des attaques au corps-à-corps. Pour autant, ses coups étaient rapides et si Thémistocle avait un temps de retard, c’était un bras, une jambe ou sa tête qui pouvait se faire arracher du reste de son corps. Enfin, il vit une ouverture dans les attaques de son adversaire. Se projetant en avant au lieu d’esquiver, il passa sous le bras de l’ennemi et arma son poing chargé de cosmos pour frapper dans les côtes flottantes.

Son offensive fit mouche, lui accordant un léger répit. Mais malgré ça, Fènghuáng semblait n’avoir que peu ressenti de douleur. Il s’étirait négligemment attendant visiblement quelque chose et laissant Thémistocle dans l’expectative. C’est alors que petit à petit, dans le dos de la liche, des rayons de lumière couleur carmin se créèrent les uns après les autres, formant une grande roue.

- Bien joué mais ce match est terminé. Meurs petit fruit.

Un flash surgit de la roue, créant un monde de Ténèbres pour le natif d’Athènes. Thémistocle ne put rien faire et fut comme statufié pendant de longues secondes. Il entendit à peine les pas de son ennemi s’approcher de lui. Ce n’est que lorsqu’il posa ses doigts sur sa poitrine qu’il comprit. Trop tard. Il sentit son cœur se faire arracher sans pour cela y opposer un seul geste. Le moment lui parut durer des heures, des journées entières avant qu’il ne retombe face contre sol, son sang s’échappant par petites gerbes de l’ouverture béante.

- Finalement tu n’étais pas assez mûr petit fruit.

Allongé au sol, Thémistocle ne put voir que les pieds de son adversaire s’échapper tandis que ce dernier jetait au loin le cœur encore palpitant de sa victime. Les dents serrées pour lutter contre la douleur, le postulant ne pouvant s’empêcher d’éprouver de la colère contre lui-même, de la déception contre ce corps dont il était si fier. Gueulant intérieurement contre lui-même, s’insultant, il ne cessait de répéter qu’une seule chose : « Debout!». Finalement c’est avec toute la hargne, toutes ces années à endurer les pires sévices, tout ce qu’il avait enfoui au fond de lui depuis toutes ces nuit, qu’il cria sa rage.

- DEBOUUT !!!

Forçant sur ses mains, son corps lourd se leva, aidé par une force qu’il ne reconnaissait que trop, ce cosmos Carmin. Sur le coup il ne se demanda pas d’où il venait, ni comment il était apparu. Tout ce qu’il savait c’était qu’il s’agrandissait encore et l’aidait à se tenir debout, à continuer le combat. Son cri avait quant à lui fait retourner son ennemi.

- Hooo ? Le petit fruit n’est pas mort ? Intéressant.

Son cosmos était dorénavant à son paroxysme. Tout le visage de Thémistocle était métamorphosé, la paix était la seule émotion qu’il lui restait. Tenant fermement debout il regardait son adversaire comme seul responsable de tous ses malheurs. Le trou dans sa poitrine se remplissait d’aura Carmin. Chaque goutte de sang tombée semblait procéder de même fait, une fois devenue poussière flottante, brillante, se rassemblait dans la plaie béante pour la refermer. Fènghuáng comprenant le processus mieux que Thémistocle, s’élança sur ce dernier, lui aussi enveloppé d’une aura Carmin. La Liche traversait les quelques mètres les séparant quand Thémistocle s’élança. Profitant de la poussée crée, il lança son poing droit vers son adversaire. Une frappe lourde, en plein centre du corps pour avoir le plus de chances de toucher. Aucune finesse, une envie de destruction pure et dure. Le non-mort, trop porté par son élan ne put éviter l’assaut, recevant le poing dans les intestins.

Renvoyé au sol, Fènghuáng, avait perdu son masque laissant apparaitre son visage émacié par les ans. Rides et yeux Argentés ressortaient nettement. Un vieillard qui aurait depuis longtemps dû arrêter le combat. Il regarda vaguement en direction de son nouveau corps.

- Humm... A bientôt Thémistocle....

Avec ces paroles son visage se faisait plus calme, plus confiant. Visiblement, il avait longtemps attendu ce moment et la libération venait enfin.

-…Tu sais ce que t’as fait au moins ? Je suis sûrs que non petit fruit. Le sorcier de l’ombre, c’est son nom. Je te laisse le loisir d’en apprendre toutes les arcanes.

Dans un sourire satisfait, les derniers restes de cosmos du sorcier de l’ombre délaissèrent ce corps depuis longtemps sans vie. Fènghuáng fermait ses yeux lumineux, avec la détermination qu’il arrivait enfin au bout de son périple, à la fin de ce drôle de rêve.

C’est à ce même moment que Thémistocle s’effondrait sur le sol comme foudroyé.

A ce qu’il raconte personne n’aurait survécu, il y a peut être là une part de la vérité.
Quoiqu’il en soit Thémistocle raconte que dès lors, le Sorcier de l’Ombre comme stimulé par un défi personnel, avait décidé d'affronter les autres maîtres des tours et de parcourir les vastes galeries souterraines de la zone interdite pour en découvrir les secrets. Dans son récit, de longues années s'écoulèrent durant lesquelles il rencontra de nombreux maîtres d'arts martiaux auprès desquels il put développer ses capacités, et notamment apprendre la capacité de glacer son cosmos.

Mais cela ne dura qu'un temps... Suite à quelques menus problèmes - m'est avis que, si cette histoire est vraie, la cause pourrait bien être des soucis d'ordre mentaux - il fut au final rejeté, convié à quitter au plus vite la cité et ne plus jamais y remettre les pieds. Difficile d'avérer cette histoire ou non, tant il est capable de fournir de détails, mais il n'est pas rare qu'il conte d'autres histoires s'étant vraisemblablement déroulée à la même époque, mais dans des lieux très éloignés... Comme d'habitude, il est trop difficile avec lui de trier le vrai du faux avec certitude...

Finalement, le mystérieux Sorcier de l'Ombre retourna à travers le temps, errer sur la Terre pendant des années, gardant ses secrets mais prédisant à tous la défaite des dieux face à l'humanité. Ces prédictions ne lui apportèrent pas d'amis, sa magie imposa le respect.

Et ce n’est que depuis peu, que l’on parle d’une Ombre vêtue de robes rouges sur l’île d’IOS, les spéculations sur la véritable identité de ce personnage vont bon train. Les vieux Guerriers à travers le pays l'identifient comme Thémistocle.

Revenir vers « [BG] Les Rebelles »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités